Tout le Baz'Art de Lisbeth Gruwez suivi de son doc " Les mains libres "

Tout le Baz'Art de Lisbeth Gruwez suivi de son doc " Les mains libres "
2 images
Tout le Baz'Art de Lisbeth Gruwez suivi de son doc " Les mains libres " - © Tous droits réservés

Hadja Lahbib vous propose un Tout le Baz'Art consacré à la danseuse chorégraphe Lisbeth Gruwez connue pour avoir dansé jusqu'à l'ivresse Bob Dylan. Du côté du doc, portrait de Frans Masereel, xylographe de renommée internationale. A voir sur la Trois le jeudi 13 avril à partir de 22h25. Première diffusion sur ARTE Belgique le dimanche 09 avril à 17h35.

Lisbeth Gruwez a toujours eu la danse dans la peau. À 6 ans déjà, elle étudiait le ballet classique. Quelques années plus tard, elle intègre le " Stedelijk Instituut voor Ballet " d’Anvers puis P.A.R.T.S., la célèbre école internationale de danse contemporaine. Elle débute alors au sein de la compagnie Ultima Vez de Wim Vandekeybus avant de travailler avec Jan Fabre puis de nombreux autres chorégraphes de la scène flamande comme Grace Ellen Barkey, Sidi Larbi Cherkaoui ou encore Riina Saastamoinen.
Dans Tout le Baz'Art, elle emmènera Hadja Lahbib à la rencontre de Stijn De Roeck, son compagnon, maraîcher de profession. Direction ensuite le jardin du Plantentuin pour faire la connaissance de Bart Meuleman, poète, essayiste, romancier et dramaturge flamand, qui a notamment été le conseillé artistique de la danseuse dans " It’s going to get worse and worse my friend ".
Plus tard dans la journée, Miet Warlop, chorégraphe et performeuse, accueillera Lizbeth et Hadja dans la salle du Theater Studio où elles auront l’occasion d’assister aux répétitions de son spectacle. Lisbeth Gruwez présentera alors à Hadja quelqu’un qu’elle connait très bien : Maarten Van Cauwenberghe avec qui elle a fondé Voetvolk, un groupe de dance.
Enfin, Livia Depuydt, responsable de l’Institut Royal du patrimoine Artistique, leur fera découvrir un endroit exceptionnel : la salle de restauration des tableaux où un chef d’œuvre est actuellement entre les mains des restaurateurs.

Le Doc de Tout le Baz'Art : " Les mains libres " de Jérôme Laffont

Jérôme Laffont n’est pas un inconnu du monde de la réalisation. Diplômé de l’INSAS, son film de fin d’études " Au cœur du chaud, des vestiges et des hommes " a été sélectionné dans une vingtaine de festivals. Depuis, il compte de nombreuses œuvres à son actif dont " Résister n’est pas un crime " et " Algérie, Images d’un combat ".

Dans " Les mains libres ", il part sur les traces de Frans Masereel, un artiste belge dont l’œuvre, composée essentiellement de gravures en noir et blanc, est un cri de révolte contre les tragédies du 20e siècle.
Par le biais d'une correspondance imaginaire que le réalisateur adresse à l'artiste, s'installe au fil de la narration un dialogue entre sa création et le monde. Dans ce jeu de miroir, des protagonistes viennent par instant poser un regard singulier sur cette œuvre.

Le film, magistralement réalisé et salué par la critique, se propose de suivre le destin d’un homme libre et passionné, emporté dans les tourments d'une époque qui n'est pas sans rappeler la nôtre

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK