Tout le Baz'Art de Caroline Lamarche

Tout le Baz'Art de Caroline Lamarche
2 images
Tout le Baz'Art de Caroline Lamarche - © Tous droits réservés

Caroline Lamarche, cette voix forte et singulière de la littérature belge francophone, emmène Hadja Lahbib à la découverte de ceux et celles qui l’inspirent. Ensuite, le Doc de Tout le Baz'Art, " Le thé ou l’électricité " de Jérôme Le Maire.

Première diffusion sur ARTE le dimanche 29 octobre à 17h35.  Reddifusion sur la Une le mardi 31 octobre 23h25 et sur la Trois, le doc, le jeudi 02 novembre à 23h50 

Premier rendez-vous avec Hadja Lahbib dans le très beau cimetière de Watermael-Boitsfort, à deux pas du domicile de l’illustratrice et graveuse de gommes Kikie Crèvecoeur, avec qui Caroline Lamarche a composé un livre rare et précieux ; puis départ pour Gand, dans l’atelier effervescent et fantastique de l’immense plasticienne flamande Berlinde De Bruyckere ; et retour dans les Marolles, au musée Arts et Marges, à la rencontre des oeuvres surprenantes d’artistes en binôme avec des créateurs déficients mentaux, comme Nicolas Clément qui filme dans la forêt les créations textiles de Barbara Massart, sous la houlette de Anne-Françoise Rouche de la " S " à Vielsalm et Thierry Vanhasselt de la maison d’édition Fremok.

Le doc de Tout le Baz’Art : "Le thé ou l’électricité " de Jérôme Le Maire

Dans ce film passionnant, chaleureux mais glaçant, Jérôme Le Maire creuse la question du progrès et de la modernité, en filmant un village de montagne du sud du Maroc, confronté à l’arrivée de l’électricité, des poteaux et des fils amenés à dos d’ânes et d’hommes sans que ces villageois n'aient rien demandé, mais qui vont devoir choisir, le thé ou l’électricité ? Le thé ou la télé ? Et qui vont devoir payer. Jérôme Le Maire aime filmer les groupes, les communautés, les villages, sa caméra se fait complice et caressante mais elle ne juge jamais. Et si cette question des éleveurs de chèvres et de moutons d’Ifri était aussi la nôtre : le thé ou l’électricité ?

Durant plus de trois années, saison après saison le réalisateur dévoile patiemment les contours de la toile qui se refermera inexorablement sur les habitants d'Ifri, petit village isolé et enclavé au cœur du Haut Atlas marocain. Sous nos yeux se dessine l'image d'une modernité impitoyable à laquelle ce petit village va être relié. Le film a remporté le Magritte 2013 du meilleur documentaire.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK