Sur les réseaux sociaux, vous êtes plutôt FOMO ou JOMO ?

A force d’être enchaînés à notre smartphone, nous craignons de manquer ce qui se passe sur les réseaux sociaux et pouvons développer une crise de FOMO (" Fear of missing out ", soit la " peur de manquer quelque chose " en anglais). En réaction, s’est développé le JOMO (" Joy of missing out ", soit le " plaisir de manquer quelque chose "). The Love Experiment vous aide à choisir votre camp, il y en aura pour tout le monde…

Le virtuel, c’est le réel

Depuis plusieurs années, on parle de frontière entre réel et virtuel, mais personne n’ose dire à quel point, à l’heure actuelle, le virtuel, c’est le réel. D’où l’apparition de nouveaux termes barbares qui nécessitent une petite explication pour qualifier nos dépendances 2.0.

Ainsi, si votre meilleur.e ami.e vous parle de sa " crise de FOMO " et de " sa volonté de JOMO ", ne soyez pas surpris, c’est dans l’ère du temps. Mais qu’est-ce que cela signifie, clairement ?

 

Le phénomène FOMO, syndrome nommé et popularisé au début du XXIe siècle par l’expert en marketing Dan Herman, traduit la peur de passer à côté du dernier sujet de conversation à la mode, d’un énième délire collectif que tout le monde aura oublié le lendemain ou encore de la dernière série en vogue dont tous vos collègues parlent à la machine à café et qui vous inciterait presque au bingewatching (regarder une série en accéléré, NDLR).

 

A l’inverse du FOMO, se trouve son ennemi juré : le JOMO, nouvel acronyme inventé par l’entrepreneur Anil Dash, qui s’engage dans un schéma global de réduction de la consommation aux ordinateurs, tablettes et smartphones et nous incite à ravaler ce truc difficile que l’on nomme le quotidien.

Le message est simple et clair : se déconnecter permettrait de se ressourcer. Une incitation à retrouver une distance critique nécessaire pour ne pas se faire bouffer par la machine virtuelle et à ne pas céder à toutes les injonctions imposant des tutos de coach, des wish-lists et des to-do lists.

What’s next ?

Aux dernières nouvelles, il ne faudrait plus parler de JOMO mais de DCAMO, autre acronyme issu de la langue de Shakespeare, soit " Don’t care about missing out " (" aucune importance de manquer quelque chose ") pour marquer davantage l’indifférence que la joie.

En attendant, si vous en avez marre de swiper dans le vide à la recherche de l'amour, c'est peut-être que vous n'êtes pas sur la bonne application de rencontres. La sexologue Carole Martinez peut peut-être vous aider à y voir plus clair...

The Love Experiment, c’est le samedi à 22h00 sur Tipik en télé, et à l’infini sur les réseaux sociaux et sur Auvio !

Newsletter Tipik

Restez informés chaque semaine des évènements et concours Tipik à venir.

OK