Le "polyamour", c'est quoi exactement ?

Beaucoup d’entre nous associent l’idée du polyamour à l’image de l’adultère, de l’infidélité ou pire encore du libertinage ! Pourtant, le polyamour n’a rien à voir avec tout ça. Dans The Love Experiment, on vous explique pourquoi !

Qu’est-ce-que le polyamour ?

Le mot polyamour a commencé à être utilisé au début des années 1990. Il vient du grec poly, signifiant "nombreux", et du latin amor, signifiant "amour". Être polyamoureux, c’est donc avoir de multiples relations amoureuses en même temps.

Les polyamoureux partent du principe qu’une seule personne ne peut et ne doit être contrainte à combler tous nos désirs ou nos besoins. Au sein d’un couple polyamoureux, les partenaires acceptent de voir l’être aimé s’épanouir en toute liberté, tout en choisissant de continuer à partager sa vie.

Le polyamour c’est pouvoir tomber amoureux de plusieurs personnes à la fois. Bien entendu, cela peut s’appliquer à tous les types de relations (hétérosexuelles, homosexuelles, bisexuelles, etc.).

Le polyamour peut-il s’apparenter au libertinage ou à l’échangisme ?

Les polyamoureux entretiennent plusieurs relations amoureuses à la fois. Mais ici, aucune notion de tromperie. En effet, chacun des partenaires connaît l’existence des autres et l’accepte.

Tout comme dans la monogamie, au sein d’une relation polyamoureuse il existe des règles. Elles doivent être explicites, les briser reviendrait à tromper son partenaire.

Tous les partenaires d’un polyamoureux ne sont pas forcés de le pratiquer eux-mêmes. Ils doivent juste accepter le choix de leur amoureux. Si l’un des partenaires n’est pas consentant, la relation risque de péricliter rapidement.

Non, car le polyamour se concentre surtout sur les relations amoureuses alors que le libertinage ou l’échangisme impliquent surtout plusieurs partenaires sexuels. Le sexe peut faire partie du polyamour, comme toute relation amoureuse, avant les relations sexuelles.

Un peu d’histoire…

C’est au début des années 20 qu’est théorisé pour la première fois en URSS le concept d’amour pluriel par la militante féministe Alexandra Kollontaï. Alors à cette époque, on n’emploie pas encore le terme de polyamour mais on parle d' "Amour Camaraderie".

Pour elle, le mariage n’est qu’un concept bourgeois qui asservit la femme. Elle prône donc une relation basée sur l’égalité des sexes, l’absence de possessivité et le respect de l’autre. Rien à voir donc avec un 5 à 7, rapidement expédié !

En France, Jean-Paul Sartre est le premier intellectuel à se déclarer polyamoureux. Après un an de relation avec Simone de Beauvoir, il propose à celle-ci un "pacte de poly-fidélité". Terme un brin moins sexy, il faut bien l’avouer, mais qui fait quand même jaser le tout Paris.

Et oui, nous sommes dans les années 30 et la société n’est clairement pas prête ! Dans les années 60, la communauté Flower Power aux USA s’essaie elle aussi à l’amour libre mais la pratique reste marginale et stigmatisée.

Aujourd’hui encore, les a priori ont la dent dure mais ce qui est sûr, en tout cas, c’est que le polyamour n’est ni un fetish, ni une lubie et certainement pas une perversion !

Etre polyamoureux, c’est tout simplement aimer sincèrement, plusieurs personnes, sans dépendance.

The Love Experiment, c’est chaque mercredi à 21h50 sur Tipik en télé, sur auvio, sur les réseaux sociaux et en podcast.

Newsletter Tipik

Restez informés chaque semaine des évènements et concours Tipik à venir.

OK