Voici 5 ans, Françoise Mallet-Joris disparaissait...

Françoise Mallet-Joris fut, à partir des années 1950, l’un des phares de la littérature belge, c’est incontestable ! Au-delà des succès de librairies, elle sera aussi membre du comité du Prix Femina de 1969 à 1971 et, pendant quarante ans, de l’Académie Goncourt.

Pierre Assouline dira d’elle : "Françoise avait vraiment une sensibilité qui a beaucoup compté pour influencer les choix des académiciens, les inciter à lire des livres vers lesquels ils ne seraient pas allés spontanément".

Née à Anvers le 6 juillet 1930, Françoise Lilar de son véritable nom, a de qui tenir : son père est l’avocat, sénateur et futur ministre de la Justice Albert Lilar, sa mère, née Suzanne Verbist, est alors avocate et aux prémices de sa formidable carrière de journaliste, essayiste, romancière et dramaturge : une auteure moderne et féministe qui précédera sa fille au fauteuil n° 13 de l’Académie royale de Belgique.

Françoise n’a que onze ans quand elle lit Balzac, treize quand elle passe à Tolstoï, avant de se diriger vers Flaubert, Stendhal, Maupassant, Dostoïevski, Zola et Rilke ! Pour autant, elle dira "Je ne crois pas que j’étais une enfant tellement avancée. Je crois que j’étais une enfant à qui on n’achetait pas de livres d’enfants". Elle sera l’une des grandes admiratrices de Colette et, une chose est certaine, Françoise sera une jeune femme pressée !

Elle n’a que seize ans quand paraît son premier ouvrage, Poèmes du Dimanche. Elle n’a que dix-sept ans quand, déjà mariée avec l’écrivain français Robert Amadou, elle devient la maman de Daniel et divorce ! C’est alors qu’elle décide que son métier sera l’écriture. Elle s’installe à Paris et adopte le nom de plume de Mallet, car il est hors de question que son premier roman, Le rempart des béguines (Julliard, 1951), paraisse sous celui de Lilar...

Car le livre raconte une histoire d’amour entre une jeune fille rebelle à la société dont elle est issue, et la maîtresse de son père ! Un ouvrage sulfureux, aux accents autobiographiques, qui fera scandale. Françoise collaborera à l’adaptation cinématographique de ce premier coup de maître, réalisée par Guy Casaril en 1972.

 

 

Françoise se mariera encore deux fois. D’abord avec le sociologue Alain Joxe, ensuite avec le peintre Jacques Delfau, avec qui elle aura trois autres enfants, Vincent, Alberte et Pauline. Elle confirmera aussi son immense talent avec la parution de La Chambre rouge (Julliard), dès 1955, pour lequel elle ajoute Joris à son pseudonyme, afin de conserver une assonance belge tout de même ! Car Françoise sera désormais belgo-française… ou franco-belge, c’est selon.

Souvent considéré comme l’un de ses plus importants romans, Les Mensonges (Julliard) parait en 1956. Ce chassé-croisé de plaisir et de passion entre Hélène, une jeune fille dont le père vient de se remarier avec Tamara, et Jean, un décorateur venu remettre en état le théâtre de la ville, est la superbe histoire d’un amour condamné.

Cet ouvrage sera couronné du Prix des Libraires tandis qu’en 1958, c’est le prestigieux Prix Femina qui sera attribué à L’Empire céleste (Julliard), un roman qui, suivant les aventures des habitants d’un immeuble de la rue d’Odessa, à Paris, évoque le Montparnasse bohême et truculent de l’après-guerre.

Mallet-Joris est l’auteure de plus de trois-cents textes de chansons dont beaucoup pour Marie-Paule Belle, qu’elle rencontre en 1970, alors qu’elle est encore l’épouse de son artiste-peintre. Elle le quittera pour vivre avec la chanteuse dans une maison qu’elles achèteront du côté de Compiègne. Les quinze années qui les séparent – Françoise est l’aînée - n’empêcheront pas leur belle histoire d’amour de perdurer onze ans.

C’est Françoise qui est l’auteure du succès sorti en 1976, La Parisienne. Un texte précurseur mais aussi une chanson féministe, s’il en est ! Deux ans plus tard, c’est l’édition d’un 45 tours livre-disque La bicyclette, L’arbre des villes et l’arbre des champs, deux "chantefables" pour enfants qu’elle a écrites et dont elle est la narratrice tandis que c’est Marie-Paule qui les chante.

Romancière, essayiste, parolière, voire même librettiste, Françoise Mallet-Joris n’a eu de cesse d’évoluer. Il y a évidemment la Françoise "autobiographe" qui se livre à de véritables introspections, avec Lettre à moi-même (Julliard, 1963) et La Maison de papier (Grasset, 1970). En 2001, elle remettra le couvert avec La Double confidence (Plon) où elle se questionne sur sa vie, en parallèle de celle de Marceline Desbordes-Valmore…

Dans ses premiers romans, ses héroïnes sont fières et coriaces, comme dans Marie Mancini. Le premier amour de Louis XIV (Hachette, 1964), avant d’atteindre la maturité de son art, avec des protagonistes épanouies, telles Jeanne Guyon (Grasset, 1979), Un chagrin d’amour et d’ailleurs (Grasset, 1981) ou encore Le Rire de Laura (Gallimard, 1985).

13 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

 

 

Membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique à partir de 1993, elle ne se départira jamais du haut niveau de qualité de son écriture. Elle sera aussi parfois influencée par l’actualité. Ainsi, avec Sept démons dans la ville (Plon, 1999), il est évident que c’est l’affaire Dutroux qui l’a précipitée vers l’écriture d’un drame profond et monstrueux.

C’est en 2007 que paraît son dernier ouvrage, Ni vous sans moi, ni moi sans vous (Grasset), un titre étrange qui n’est pas sans rapport avec la vie de l’auteure, une histoire dont elle débute le résumé de cette façon :

"On pourrait dire, si l’expression n’était pas si dévaluée, qu’il s’agit d’un roman d’amour, ou plutôt d’un roman sur l’amour, sa présence, son absence, son retour. C’est un peu La Ronde de Schnitzler, avec un dénouement plus optimiste, et dans l’ambiance brève mais intense de cet Art Nouveau qui fleurit en même temps à Paris, à Berlin, à Bruxelles…"

C’est le 13 août 2016, chez elle, à Bry-sur-Marne, que Françoise Mallet-Joris tirera sa révérence, à l’âge de 86 ans.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK