Un menu littéraire détonnant pour vos longues soirées d'automne !

Pour ce 6ème chapitre, de votre rendez-vous littéraire, Anne-Sophie et Thierry vous emmènent au coeur de l'actualité avec Didier Van Cauwelaert et vous plongent dans le passé avec le dernier roman d'Alia Cardyn. 

Didier van Cauwelaert, "L'inconnue du 17 mars", éd. Albin Michel, 2020

Irrésistible et poignant, un conte philosophique au cœur de notre actualité

Didier Van Cauwelaert a profité du confinement pour écrire un roman comme il les aime. Pour confronter un personnage à cette situation inédite et le révéler à lui-même, il a imaginé ce que produirait ce fameux premier confinement du mois de mars sur un sans domicile fixe. Il est même allé plus loin. Fidèle à ses envies de transgresser les frontières de l’apparente normalité, il est allé jusqu’à faire de son SDF confiné une sorte de sauveur potentiel de l’humanité. Comme toujours, c’est plein de fantaisie, de poésie et surtout… de drôlerie. Car quand Didier Van Cauwelaert s’empare d’un sujet grave et détourne certaines avancées scientifiques - ici, la thérapie par les fréquences sonores -, il le fait toujours sur le ton de la comédie. 

Alia Cardyn, "Mademoiselle Papillon", éd. Robert Laffont, 2020.

Un hommage sensible et lumineux aux femmes qui ont l'audace d'incarner le changement

Un jour, en visite à l’abbaye de Valloires, Alia Cardyn découvre l’histoire de Thérèse Papillon, cette femme qui a voué sa vie aux enfants abandonnés au lendemain de la Première Guerre mondiale. L’évidence est là : cette vie vaut bien un livre. Mais Mademoiselle Papillon n’est pas une biographie traditionnelle consacrée à cette infirmière des âmes et des corps, qui débute son action dans les années 20, il y a tout juste cent ans. En utilisant un personnage contemporain - une infirmière de néonatalogie arrivée au bout de ses convictions et confrontée au roman qu’écrit sa propre mère sur Mademoiselle Papillon -, Alia Cardyn tente la mise en abîme, donnant de l’ampleur à son récit. Loin de figer l’image de Thérèse Papillon, elle la rend moderne. 

La "Supercherie" d’Anne-Sophie Delcour : "Le guide de poche des identités Queer & Trans", par J. R. Zuckerberg et Mady G, éd. Glénat, 2020

Question de genre aux pays de l’arc-en-ciel

Les deux auteurs de ce roman graphique prennent doucement la main du lecteur pour guider ses yeux et son esprit dans un univers coloré où avec des mots simples, mais précis, accompagnés d’images aussi adorables qu’éclairantes, expliquent les bases du monde LGBTQ+, en d’autres termes Lesbienne, Gay, Bisexuelles, Trans, Queer et Intersexes. Un guide pour toutes et tous, même et surtout pour ceux qui ne font pas partie des LGBTQ+, car il évoque avec finesse et humour des sujets essentiels comme la sexualité, le genre, le coming out, et les relations amoureuses. Un livre extrêmement bien pensé qui offre un point d’entrée parfait pour quiconque souhaite se faire expliquer avec intelligence les nuances derrière des termes trop souvent utilisés pour produire une simple classification. Laissez-vous entrainer par les petits escargots qui, de façon ludique et légère, vous ouvrent les portes d’un sujet complexe !

Le choix de Lucile Poulain : "Louis veut partir", de David Fortems, éd. Robert Laffont, 2020

Indispensable lecture pour les parents en difficulté de communication avec leur enfant

Premier roman incisif et sensible pour David Fortems, 24 ans, issu d’un quartier populaire de la banlieue parisienne, originaire des Ardennes et diplômé de l’École normale supérieure. Louis veut partir, une histoire qui met en scène Pascal, ouvrier dans une petite ville des Ardennes françaises. Il a toujours été fier de son fils Louis, un garçon calme et bon élève qui passe son temps dans les livres. Cette passion presque obsessionnelle pour la littérature, elle a toujours surpris dans leur entourage modeste. Tous deux mènent une vie tranquille, faite de silences complices. C’est du moins ce que pense Pascal jusqu’à ce que Louis soit retrouvé mort à la confluence de la Meuse et de la Semoy, où il a décidé de mettre fin à ses jours. Pourquoi un tel geste ? Que s’est-il passé ? Abasourdi et accablé, Pascal va peu à peu découvrir la vérité. Et bientôt, une évidence : son fils était pour lui un parfait inconnu. Louis veut partir dissèque une relation manquée entre un père et son fils. Il fait saillir l’absence tragique de communication au sein d’une famille et le caractère implacable du déterminisme social.

Le choix de Gorian Delpâture : "Le Hussard sur le toit", de Jean Giono, éd. Folio, 2020

Un roman d’aventure digne de Stendhal

Le Hussard sur le toit, un roman d'aventures qui se déroule en Provence, vers 1830. Angelo Pardi est un jeune aristocrate carbonaro piémontais, colonel de hussards, obligé de fuir sa région natale à la suite d’un duel. Exilé en France, il est chargé d'une mission mystérieuse : retrouver Giuseppe, son ami et frère de lait, carbonaro comme lui, qui vit à Manosque. Mais le choléra sévit : les routes sont barrées, les villes barricadées, on met les voyageurs en quarantaine, on soupçonne Angelo d'avoir empoisonné les fontaines ! Seul refuge découvert par hasard, les toits de Manosque ! Entre ciel et terre, il observe les agitations funèbres des humains, contemple la splendeur des paysages et devient ami avec un chat. Une nuit, au cours d'une expédition, il rencontre une étonnante et merveilleuse jeune femme, Pauline. Tous deux feront route ensemble, connaîtront l'amour et le renoncement. Le Hussard sur le toit, c’est aussi une histoire d’amour chaste, mêlant la tragédie de la souffrance et de la mort dans un récit nerveux porté par deux êtres jeunes. Romantique à souhait.

Le choix de Michel Dufranne : "Ce lien entre nous", de David Joy, éd Sonatine, 2020

Plus qu’un exceptionnel roman noir, un drame humain

Caroline du Nord, Darl Moody vit dans un mobile home sur l’ancienne propriété de sa famille. Un soir, alors qu’il braconne, il tue un homme par accident. Mais voilà, la victime, Carol Brewer, est le petit frère de Dwayne, connu dans toute la région pour sa violence et sa cruauté. Darl n’a d’autre solution que de demander à Calvin Hooper de l’aider à cacher le corps… Mais Dwayne a vite fait de remonter la piste jusqu’à Darl. Un face à face impitoyable s'engage alors. Une vengeance dévastatrice commence.  David Joy, l’un des écrivains majeurs de sa génération, esquisse, avec Ce lien entre nous, un nouveau portrait noir des Appalaches, cette région où il réside et dont il saisit si bien l’identité des habitants et la beauté des paysages. Quelle rédemption pour ces régions violentes et magnifiques, réduites au désespoir ? Seul un grand écrivain est capable de nous donner une réponse.

Le choix de Marie Vancutsem : "Ne vous résignez jamais", de Gisèle Halimi, éd. Plon, 2020

Un ouvrage plein d’enseignement pour les femmes… comme pour les hommes

Dans cet ouvrage, la célèbre avocate française, Gisèle Halimi, raconte comment elle est devenue féministe, de son enfance en Tunisie où elle est née en 1927, l’éducation qu’elle a reçue, sa rébellion perpétuelle, son besoin de justice qui explique sa remarquable carrière, ses premiers pas en politique aussi… Elle y raconte ses liens avec Simone de Beauvoir et son compagnon de vie, Jean-Paul Sartre… ses liens aussi avec un certain François Mitterrand. Ne vous résignez jamais, c’est une plongée au sein des débats féministes pour lesquels Gisèle Halimi a bataillé : prostitution, violences domestiques, indépendance financière, quotas en politique, droit à l’avortement, criminalisation du viol… Ecrit en 2007, alors qu’elle a 80 ans, l’ouvrage révèle une pensée remarquablement structurée et riche d’arguments, un ouvrage passionnant, que l’on soit d’accord ou pas avec tous ces droits.

La proposition de Camille de Rijk : "Mes amis", d'Emmanuel Bove, éd. Flammarion, 2018

Mes Amis, le plus beau titre du monde, une histoire parmi tant d’autres sur la solitude des villes.

De son véritable patronyme, Bobovnikoff, Emmanuel Bove (1898-1945) est né et décédé à Paris. Auteur de nombreux romans, parfois adaptés au cinéma – Le Pressentiment, 2006 - et à la télévision – Le Piège, 1991 – il utilisa également les pseudonymes de Pierre Dugast et Emmanuel Valois. Si son œuvre est rapidement tombée dans l’oubli après 1945, il est considéré comme l’un des principaux écrivains français d’avant-guerre. Mes Amis, son premier roman paru en 1924, l’a propulsé vers le succès. Victor Bâton vit à Paris dans une chambre misérable. C’est un homme seul, silencieux, revenant de la guerre avec une infirmité. Sa quête d’amis occupe ses journées jusqu’à l’obsession. Il se promène beaucoup, réfléchit à la vie, à l’amitié, à l’amour et rencontre nombre de personnages colorés. Des hommes : Henri Billard, égoïste intéressé par l’argent de Victor ; Neveu, le marinier désespéré ; Henri Lacaze, riche bourgeois faisant la charité. Et des femmes aussi : Lucie Dunois, patronne de bistrot et maîtresse occasionnelle ; Blanche, chanteuse de cabaret. Tous pourraient devenir ses amis… mais ils sont la plupart du temps plus intéressés par eux-mêmes que par Victor, qui se retrouve à chaque fois seul et déçu après ces rencontres. Le style dépouillé de l’écriture d’Emmanuel Bove, allié à l’humour noir font de ce roman psychologique un incontournable d’une actualité brûlante.

Le coup de cœur d'Eva Delbeke, librairie Au P'tit Prince à Nivelles : "Sauveur & Fils, saison 6" de Marie-Aude Murail, éd. Ecole des Loisirs, 2020

Une série intergénérationnelle pour les jeunes de 13 à 130 ans !

Quand on s’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? C’est au 12 de la rue des Murlins à Orléans que Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, psychothérapeute martiniquais, se partage entre son cabinet de consultation et sa famille recomposée. Dans cette saison 6 de la série, jamais une psychothérapie n'a autant ressemblé à une enquête policière ! Qui est cet homme qui veut être reçu à 7 heures du matin et qui a l'air de connaître la maison de Sauveur comme s'il y avait déjà vécu ? D'où vient Gilbert le Démon qui persécute la jeune Sarah en lui criant à l'oreille des insanités ? Pourquoi Ghazil Naciri a-t-elle volé une clé dans le sac de sa prof de SVT ? Qu'est-ce que Kimi va faire de ce revolver qui lui est tombé entre les mains ? Et Jovo, mythomane ou psychopathe ? Va-t-on enfin connaître son passé ? Si vous n'avez pas toutes les réponses en saison 6, c'est qu'il y aura une saison 7. Une série tout en humour à découvrir absolument.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK