Portrait de libraire – Laurence Simonis, Marque Tapage

Laurence Simonis a de la personnalité et sa librairie s’en ressent. Imaginez, au beau milieu de nulle part (c’est elle qui le dit !), un container maritime posé à côté d’une maison… C’est Marque Tapage, une librairie à hauteur d’enfance.

Ce lieu pas comme les autres, c’est à José qu’il est… déposé ! José ? Mais oui, dans l’entité de Herve, en province de Liège. C’est dans cette région que Laurence a passé son enfance et son adolescence, à Bolland, à une poignée de kilomètres de… José. Après une licence en Arts et Sciences de la Communication à l’Université de Liège, des stages à la RTBF et au journal L’Avenir, elle s’embarque dans le milieu de la banque et des assurances… Rien de palpitant (c’est encore elle qui le dit !). Puis, elle trouve enfin un emploi ayant du sens pour elle, elle va s’y épanouir pendant quatre ans, exerçant ses talents de communication au sein d’un parti politique où elle rencontre beaucoup de gens. Mais, patatras ! Ledit parti perd les élections et Laurence son emploi.

Entretemps, elle a épousé Jean-Pierre, ensemble, ils sont devenus les parents de deux filles et un fils. Et ce sera le coup de folie ! La famille est installée à José depuis de nombreuses années, Laurence souhaite y demeurer et participer à la redynamisation de ce petit patelin. Elle va ouvrir une librairie ! Mais quelle forme pourrait-elle prendre ? Une yourte ? Une construction ossature bois ? Et pourquoi pas un container de seconde main ? Eh oui, ça existe. Direction Anvers, où le couple pourra choisir l’objet de ses rêves !

Bon, c’est vrai, pour ramener le parallélépipède métallique de 12 mètres sur 2 sur le plateau de Herve, ce n’a pas été chose simple : semi-remorque, grue… Encore faut-le transformer en librairie ! Heureusement, le cher mari est ingénieur-soudeur ! Début septembre 2017, le container est en place. Jean-Pierre s’attèle à découper les fenêtres, à amener l’électricité, à isoler et habiller l’intérieur, à monter des étagères… pour que Marque Tapage soit fin prêt à ouvrir début novembre ! Ah, petit détail : il a été nécessaire d’acheter… quelques livres ! Et tout est prévu pour les enfants et adolescents, " à hauteur d’enfance ", bref, ce sont les parents qui se mettent à l’altitude de leur progéniture !

Ce qui est fou, c’est que dans ces 24m2, il y a en permanence 4000 livres pour les enfants et les ados. Car c’est aussi l’une des folies de Laurence : créer une librairie spécialisée dans un coin perdu mais ô combien pittoresque. Ces livres, Laurence en lit 90%, et comme les parents accompagnent les enfants, elle a aussi réservé une étagère, " à hauteur de papas et mamans ", pour des livres " de grands "… Peut-être, un jour, augmentera-t-elle son container, euh… sa librairie, d’un demi-étage avec terrasse pour offrir à sa clientèle un coin où se poser, respirer, mais toujours dans l’idée de " différence ". En attendant, l’été 2019, le taggeur Fish Stix a décoré le container-librairie… ou la librairie-container.

7 images
© Tous droits réservés

La Covid-19 a obligé Marque Tapage à fermer ses volets. Pourtant, des habitués arrivaient encore, espérant que Laurence les laisserait entrer. Notre libraire, qui travaille tous les matins comme secrétaire chez un médecin, était parfaitement consciente du danger. Mais, par téléphone ou courriel, elle a gardé le contact avec ses clients, des jeunes et moins jeunes qui apprécient ses conseils et savent qu’elle va se décarcasser pour trouver LE livre qui convient. Et ça n’a pas été une sinécure car Marque Tapage n’a pas son stock en ligne ! Mais cette période a prouvé que la confiance mutuelle peut exister : Laurence préparait les commandes et prévenait le client de la cachette où il pourrait la trouver ; restait à attendre le paiement par voie électronique… Il n’y a eu aucun problème.

Elle a aussi envoyé Achille, son fils, effectuer des livraisons à bicyclette, sans frais supplémentaires "sauf une dringuelle pour le fiston, si vous voulez !". Quant à Francine, sa mère et sa bicyclette électrique, elle s’est chargée des clients les plus éloignés, "une belle occasion pour maman de sortir de chez elle et de prendre l’air." Bref, le confinement a prouvé à Laurence que le commerce de proximité, y compris une librairie qu’elle considère comme non-essentielle, est primordial dans le monde d’aujourd’hui. Vivement qu’elle puisse reprendre toutes ses animations et ses visites dans les écoles de la région !

7 images
© Tous droits réservés

Les goûts littéraires de Laurence sont évidemment en rapport avec son travail de libraire. De nos jours, il y a un choix énorme pour les pré-ados et les ados, des romans, de la tendresse, de l’anticipation, du romantisme, de l’action…  Clairement, on peut être adulte et prendre plaisir à la lecture de ces ouvrages. Justement, voici deux coups de cœur que Laurence vous propose. D’abord, à la rencontre des plus jeunes, ensuite, des plus grands :

« Inséparables », de Sarah Crossant, Ed. Rageot, 2019.

C’est le jour J, Tippi et Grace entrent au lycée. Elles ont 16 ans, deux têtes, deux cœurs, quatre bras… mais pour le bas, vous le lirez. On les appelle les jumelles fusionnées, mais elles entendent plus souvent mutantes, monstres, démon à deux têtes. Dès le premier cours, la prof s’efforce d’avoir l’air naturel, une trentaine de paires d’yeux s’écarquillent, la panique s’empare des deux sœurs. Heureusement que Yasmeen, pas du tout dégoûtée, les salue : " Vous êtes juste un truc de dingue ! " Mais, dès le lendemain, dur retour à la réalité : " Vous feriez mieux de rester au zoo ?? " est scotché sur leur casier. Succès en Angleterre, ce roman admirablement traduit en vers libres par Clémentine Beauvais, couvre la relation d’amour sans pareille entre des sœurs siamoises. Si pour le commun des mortels, leur existence intimement liée relève de la " tragédie ", Tippi et Grace ne voudraient jamais être séparées. Alors, oui : " Être normal, c’est risquer de devenir rien. " Un des livres les plus émouvants de l’été.

« Là où chantent les écrevisses », de Delia Owens, Seuil, 2020.

Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur " la Fille des marais " de Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Pourtant, Kya n’est pas cette fille sauvage et analphabète que tous imaginent et craignent. À l’âge de dix ans, abandonnée par sa famille, elle doit apprendre à survivre seule dans le marais, devenu pour elle un refuge naturel et une protection. Sa rencontre avec Tate, un jeune homme doux et cultivé qui lui apprend à lire et à écrire, lui fait découvrir la science et la poésie, transforme la jeune fille à jamais. Mais Tate, appelé par ses études, l’abandonne à son tour. La solitude devient si pesante que Kya ne se méfie pas assez de celui qui va bientôt croiser son chemin et lui promettre une autre vie. Lorsque l’irréparable se produit, elle ne peut plus compter que sur elle-même…

Bonne lecture !

 

LIBRAIRIE MARQUE TAPAGE, Rue de José 68 – 4651 José (Herve)

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK