Portrait de libraire : Isabelle Delhaye, Le Petit Bouquineur

Isabelle est née à Ottignies, Isabelle a grandi à Ottignies, Isabelle vit et travaille à Ottignies… Et, comble de bonheur : son travail est aussi sa passion qu’elle à qui la souhaite. Car Isabelle, c’est la propriétaire de la librairie, Le Petit Bouquineur, qui se trouve à mi-chemin entre son domicile et l’école de ses enfants !

Isabelle, c’est une femme qui a réussi à se remettre en question. Un graduat en Ressources humaines lui avait ouvert les portes d’un emploi au sein d’un secrétariat social, un poste qu’elle occupera une quinzaine d’années… Et puis, ce sera la crise de la quarantaine, des soucis de santé liés à un certain mal être… L’occasion de changer de cap !

Chez ses parents, Isabelle a été élevée dans la lecture : son papa lit énormément, pas une pièce de la maison où l’on ne découvre des livres. Isabelle adore la lecture… et elle aimerait partager sa passion. Pourquoi n’ouvrirait-elle pas une boutique de livres de seconde main ? Pas inintéressant comme idée, mais est-ce rentable ? Va-t-elle pouvoir en vivre ? C’est alors qu’au détour d’une page de gazette, elle lit une annonce : ouverte dans les années 1980 à Ottignies, la librairie Le Petit Bouquineur est à vendre ! Depuis deux ans, son propriétaire cherchait un acquéreur, depuis quelques semaines, Isabelle voulait changer de boulot… C’est-y pas de la chance ça, pour l’un comme pour l’autre ?

 

Le 1er octobre 2018, l’aventure commence. Isabelle rouvre officiellement Le Petit Bouquineur, rapidement rejointe par son frère, Thierry, tout aussi passionné de lecture, fatalement, il a été élevé dans la même maison... À l’époque, Le Petit Bouquineur est principalement un commerce où l’on trouve des journaux et des magazines, avec quelques livres quand même… Trois mois plus tard, le 1er janvier 2019, la librairie d’Isabelle est désormais un univers où règne le livre dans toute sa gloire, pour jeunes et moins jeunes, mais aussi à destination des écoles. On trouve de tout chez Le Petit Bouquineur, une librairie indépendante qui fleure bon le beau, les bon, le chouette livre… Désormais, Isabelle et son frère peuvent partager leur passion de la lecture et donner des conseils à une clientèle qui, heureuse, revient. Et le choix est conséquent : la librairie abrite, en moyenne, quelques 7 à 8000 titres !

Début 2020, la crise sanitaire guette, ce foutu Coronavirus pointe son nez… Mi-mars, la librairie ferme… "Pendant les 15 premiers jours du confinement, j’avoue, je n’en ai pas dormi… Qu’est-ce qui allait se passer ? Que faire ? Comment allions-nous vivre sans rentrées financières ? Combien de temps cette situation allait-elle durer ?" Heureusement, juste avant la fermeture des écoles du 16 mars, Sylvie et son frère avaient eu l’excellente idée de mettre en ligne sur le site de la librairie, nombre des titres de leur stock… Rapidement, les commande en ligne ou par courriel vont tomber… Et Le Petit Bouquineur va, par la force des choses, ajouter une corde à son arc : s’en aller par les routes et chemins de l’entité d’Ottignies-Louvain-la-Neuve pour livrer à domicile !

Certes, même si la situation n’a pas été des plus simples durant la période de confinement – heureusement qu’il y a eu les aides financières de l’Etat, et surtout, la compréhension des fournisseurs qui ont accepté des reports d’échéances - Isabelle a réussi à garder le contact avec sa clientèle. À l’instar d’une majorité de belges, cette période de confinement et d’arrêt de l’activité économique a été un cap difficile à passer, pourtant, Isabelle, optimiste de nature, demeure confiante en l’avenir. La crise sanitaire a fait redécouvrir à pas mal de gens, les joies de la lecture et surtout, a ouvert les yeux de pas mal d’entre eux sur ceux que l’on nomme "les libraires indépendants" !

Il n’y a pas que les grands groupes qui peuvent livrer rapidement des livres, bien au contraire. Sans oublier la plus-value du ou de la libraire qui connait sa marchandise, qui est heureux de donner un conseil, ce qui fait renforce la fidélité de la clientèle, d’autant que, souvent, il faut ajouter la dimension très positive du lien de proximité. Et ce qui est formidable, c’est qu’au cours de ces deux pénibles mois de l’épidémie en Belgique, de nouveaux clients se sont tournés vers les libraires indépendants. La nature positive d’Isabelle lui fait dire que ce ne sera pas qu’une passe, nombre de ces nouveaux chalands vont garder l’excellente habitude de se rendre à la librairie car ils sont certains d’y trouver des passionnés, avides de partager leur amour de la lecture et du bon conseil…

Isabelle est assez pluraliste en matière de lecture : "Tout, j’aime tout ! Ma prédilection, c’est le polar, mais il y a aussi les romans, la B.D…. et les livres jeunesse, j’ai trois enfants !". Dès lors, voici son conseil-lecture : "Les Etincelles", de Julien SANDREL, paru chez Calmann Lévy cette année.

La jeune Phoenix, 23 ans, a le goût de la provocation, des rêves bien enfouis, et une faille terrible : il y a trois ans, son père, un scientifique, s’est tué dans un accident de voiture en allant rejoindre une autre femme que sa mère. Depuis, Phoenix le déteste. À cause de lui, elle a abandonné études et passions et enchaîne les petits boulots. Mais un jour, dans un carton qui dort à la cave, elle découvre la preuve que son père se sentait en danger. Ainsi qu’un appel à l’aide énigmatique, écrit dans une langue étrangère. Et si elle s’était trompée ? Et si… la mort de son père n’avait pas été un accident ? Aidée de son jeune frère, un surdoué à l’humour bien ancré, Phoenix se lance à la recherche de la vérité. Mais que pourront-ils, tout seuls, face à un mensonge qui empoisonne le monde ?

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK