Pascal Manoukian, l'écrivain qui appelle au voyage

Thierry Bellefroid (gauche) et Pascal Manoukian (droite)
2 images
Thierry Bellefroid (gauche) et Pascal Manoukian (droite) - © Odile Vanhellemont (Sous Couverture - RTBF)

De passage pour présenter son cinquième livre, l’ancien journaliste reconverti en écrivain raconte ses carrières et ses voyages.

S’il fallait le définir en un mot, on opterait certainement pour "voyage". Un terme presque banal qui laisse l’opportunité d’imaginer des milliers d’histoires. Pascal Manoukian en a vécu pas mal d’entre elles et a consacré sa vie à les raconter, les partager. D’abord en tant que journaliste. Pendant plus de 40 ans, ce néo-écrivain a parcouru une importante partie du globe à la recherche de tranches de vie à rapatrier en France. Pascal Manoukian était de tous les conflits. Du Guatemala à l’Afghanistan en passant par la Yougoslavie et l’Irak. Une carrière impressionnante animée par l’envie de raconter le monde.

C’est cette même motivation qui le pousse à l’aube de ses 60 ans à quitter le journalisme et le monde du réel pour entamer un nouveau voyage, celui de la fiction. En 2016, le Prix Première récompense son premier roman. Une première distinction qui le conduit en Belgique où il reviendra plusieurs fois. De passage pour la promotion de son dernier roman Le cercle des hommes, Pascal Manoukian a fait un arrêt à l’hôtel Métropole pour nous raconter une poignée d’histoires et nous inviter… à voyager, évidemment.

"Je ne cours plus après les salauds et les héros", nous confiait-il non sans ironie. "Maintenant je m’installe dans mon bureau et je les y convoque. C’est plus pratique !" S’il a définitivement raccroché sa casquette de journaliste, l’écrivain n’aura de cesse de s’inspirer du réel pour le transposer dans ses fictions. Des allers-retours à n’en plus finir qui rendent cet échange passionnant et riche en anecdotes.

Pascal Manoukian est un conteur. Tant en interview que dans ses écrits. La seule différence entre son précédent métier et l’actuel étant sûrement la plus grande liberté dont il bénéficie en tant qu’écrivain. "La fiction a une force extraordinaire et crée une intimité incroyable avec son lecteur. Ni le documentaire ni le reportage n’a cette force-là."

Le cercle des hommes, un roman proche de la réalité

On pourrait penser que ce cinquième livre est moins ancré dans la réalité que les précédents qui s’attaquaient à des sujets d’actualité chaude tels que les migrants ou Daesh. Il n’en est rien. Dans Le cercle des hommes, Pascal Manoukian nous emmène en Amazonie, dans une tribu d’Indiens isolés vivant comme il y a 2000 ans. Comme si la mondialisation n’était pas passée par là. Une histoire qui fait écho dans un monde où le Brésil est gouverné par un président climato-sceptique qui continue à vendre du pétrole aux multinationales malgré les conséquences environnementales. En juin, Pascal Manoukian concluait ce roman. Quelques semaines plus tard, la forêt amazonienne faisait face à de violents incendies. Fiction et réalité ne sont, finalement, jamais bien loin…