Juan d'Oultremont nous présente son nouveau Judas

Juan d'Oultremont (gauche) et Thierry Bellefroid (droite) sur le tournage de Sous Couverture
2 images
Juan d'Oultremont (gauche) et Thierry Bellefroid (droite) sur le tournage de Sous Couverture - © Odile Vanhellemont (Sous Couverture - RTBF)

Finalement, Juan d’Oultremont c’est un peu le couteau suisse du monde artistique belge. D’ailleurs, la comparaison lui plaît pas mal. "J’apprécie assez bien l’objet, j’aime l’ergonomie des choses et des gens. J’ai multiplié les pratiques et les medium." Mais ce qui frappe en premier lieu quand il débarque dans l’hôtel Métropole au cœur de notre belle capitale, c’est sa grande sympathie et son sourire fermement agrippé à ses lèvres.

Plasticien de formation, Juan d’Oultremont a plusieurs autres cordes à son arc. Parolier (on se souvient de l’indémodable Cœur de loup), sculpteur, homme de radio : il vient aujourd’hui présenter son dernier roman, Judas côté jardin. "Je me considère comme un artiste, j’ai l’impression de toujours faire la même chose avec des outils différents", détaille-t-il quand on lui demande de se définir.

Pour le reste, il faudra regarder l’émission en intégralité.

Judas partout, Judas tout le temps

Ce Judas, présent dans le titre de ce dernier ouvrage, est récurrent dans ces romans. "Dans tous mes livres, le protagoniste central s’appelle comme ça. Ça conditionne la lecture et ça crée un saisissement chez le lecteur", raconte Juan d’Oultremont.

Pendant une poignée d’heures, la figure phare du (feu) Jeu des Dictionnaires partage ses souvenirs, ses collections préférées – c’est un collectionneur compulsif - et ses détestations. Comme les chansons de Jacques Brel et les cerisiers du Japon. Oui vous avez bien lu. "Quelle arnaque les cerisiers du Japon… Ils ne font même pas de cerises !" Et plus sérieusement : "Je ne me laisse pas avoir par mes émotions parce que je m’en méfie. Je suis plutôt quelqu’un de cérébral."

Judas côte jardin de Juan d’Oultremont aux éditions On Lit

Ce nouveau roman s’ouvre au lendemain des attentats qui ont touché Bruxelles en 2016. Judas côté jardin est le récit d’une terrible méprise. Pendant dix ans, Judas a cru que son père et Dieu ne faisaient qu’un. Sacrilège. À travers les péripéties, le protagoniste revient sur des événements marquant de son histoire. Le tout sur fond de botanique.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK