Dix livres qui vous feront oublier les séries TV !

- Les coups de cœur de la librairie CANDIDE à Ixelles -

À Ixelles, au cœur d’un quartier qui regorge de commerces gourmands, élégants et stylés, la librairie Candide - dont le nom fait évidemment allusion à l’œuvre du célèbre philosophe français - trône au numéro 1 de la place Georges Brugmann depuis une quarantaine d’années : impossible de ne pas la remarquer avec ses grandes vitrines débordantes d’ouvrages alléchants, divers et variés ! 

Incarnée pendant longtemps par Axel et Béatrice Marcq, en 2010, Candide est passée aux mains d’Eric Haegelsteen qui lui a donné son apparence actuelle et en a fait l’institution qu’elle est devenue. Pour y arriver, Eric s’est entouré d’une équipe de libraires passionnés, une véritable ruche dont la Reine est la littérature, dans tous ses états et pour tous les âges ! 2010-2020, 10 ans qui seront dignement fêtés… en 2021, à cause de ce vilain Covid-19, ce qui n’empêche aucunement la sympathique bande de cette librairie résolument et farouchement indépendante, de vous accueillir tous les jours et de vous proposer ses coups de cœur bien ciblés… pour oublier les séries télé !

« Americanah » - Chimamanda Ngozi Adichie, Folio, 2014

Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique qui compte bien la rejoindre. Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés ? Pendant quinze ans, Ifemelu tentera de trouver sa place aux États-Unis, un pays profondément marqué par le racisme et la discrimination. De défaites en réussites, elle trace son chemin, pour finir par revenir sur ses pas, jusque chez elle, au Nigeria...

« Etoiles vagabondes » - Sholem Aleykhem, Le tripode, 2020

Leybl Rafalowitch, treize ans, est le fils de l'homme le plus riche du village. Reyzl Spivak, quatorze ans, est la fille d'un pauvre chantre. Nous sommes à l'aube du XXe siècle, dans une petite bourgade juive aux confins de l'Europe. Ces deux-là vont tomber amoureux, ne croyez-vous pas ? Mais nul n'aurait prédit qu'une rocambolesque troupe de théâtre itinérante allait précipiter leur romance dans une aventure hors du commun… Ecrit en Yiddish au début du XXe siècle, ce roman qui cumule la grâce de Chagall, la verve de Twain et la truculence de Chaplin est enfin traduit en français !

« Etés anglais - La saga des Cazalet » - Tome 1 - Elizabeth Jane Howard, Quai Voltaire, 2020

Juillet 1937. À Home Place, au cœur du Sussex, jardiniers, femmes de chambre et cuisinière sont sur le pont. La Duche orchestre le ballet des domestiques avant l’arrivée de ses trois fils, Hugh, Edward et Rupert Cazalet, en chemin depuis Londres avec épouses, enfants et gouvernantes. L’été regorge d’incertitudes mais, sans l’ombre d’un doute, une nouvelle guerre approche : entre pique-niques sur la plage et soirées auprès du gramophone, il faudra inventorier lits de camp et masques à gaz…

« La soustraction des possibles » - Joseph Incardona, Finitude, 2020

On est à la fin des années 80, la période bénie des winners. Le capitalisme et ses champions, les Golden Boys de la finance, ont gagné : le bloc de l’Est explose, les flux d’argent sont mondialisés. Tout devient marchandise, les corps, les femmes, les privilèges, le bonheur même. Un monde nouveau s’invente, on parle d’algorithmes et d’OGM. À Genève, Svetlana, une jeune financière prometteuse, rencontre Aldo, un prof de tennis vaguement gigolo. Ils s’aiment mais veulent plus. Plus d’argent, plus de pouvoir, plus de reconnaissance. Leur chance, ce pourrait être ces fortunes en transit. Il suffit d’être assez malin pour se servir. Mais en amour comme en matière d’argent, il y a toujours plus avide et plus féroce que soi…

« Ténèbre » - Paul Kawczak, La Peuplade, 2020

L’avis du libraire : En l’intitulant de la sorte, l’auteur fait clairement référence au fameux roman de Conrad pour revisiter une des pages les plus misérables de l’entreprise coloniale belge au Congo. Le roman relate dans les années 1890 le séjour d’un jeune géomètre belge au Congo belge avec une écriture teintée de réalisme magique. À la lecture de ce roman, on ne peut s’empêcher de songer à la situation actuelle au Congo…

« Un parfum de corruption » - Zhenyun Liu, Gallimard, 2020

Niu Xiaoli est une jeune femme simple, mais qui n’a pas froid aux yeux. Son père est mort lorsqu’elle était adolescente, sa mère a disparu, et il ne lui reste plus qu’un grand frère, garçon assez lâche, qu’elle veut marier à tout prix. Mais dans la campagne chinoise, les fiancées s’achètent à prix d’or et les arnaques sont monnaie courante. Et c’est par là que le scandale arrive : une fois passée la nuit de noces, la promise de son frère disparaît avec la dot. Prête à tout pour récupérer cette somme colossale et retrouver l’intrigante, Niu Xiaoli s’engage dans une traque sans merci qui la conduira bien loin de chez elle…

« Jetez-moi aux chiens » - Patrick McGuinness, Grasset, 2020

Londres, quelques jours avant Noël. Le cadavre d’une jeune femme étranglée est découvert. L’officier de police, Ander, enquête avec son assistant, le grassouillet Gary. Le suspect, c’est M. Wolphram, voisin de la victime, ancien professeur de lycée. Peu à peu, Ander est pris d’un sentiment de déjà-vu. Il se remémore sa propre éducation dans un pensionnat privé connu pour ses problèmes de harcèlement : M. Wolphram y avait été un de ses professeurs. Solitaire et marginal, passant ses journées à écouter de la musique, il devient la proie de la presse à scandale et des réseaux sociaux. Ils le harcèlent d’injures. Le voici assassin, pédophile, à lyncher. Une journaliste sans scrupules alimente le scandale en publiant des témoignages biaisés sur celui qu’on surnomme désormais "le loup de Chapelton". Le roman du harcèlement.

« Le bal des ombres » - Joseph O'Connor, Rivages, 2020

Grand romancier irlandais, Joseph O'Connor revient à la veine historique qui a fait son succès avec ce roman malicieux sur la vie de Bram Stoker, le créateur du mythique Dracula. Mais il refuse toute biographie romancée trop linéaire et se lance dans une fiction inventive, surprenante, qui évoque aussi une figure légendaire du théâtre anglais, l'actrice Ellen Terry, sorte de Sarah Bernhardt londonienne, figure féministe et puissante. Roman d'amour, roman sur les mystères et les errances de la création, ce texte est une célébration de l'Art de raconter et de vivre des histoires. 

« Le pays des autres » - Leïla Slimani, Gallimard, 2020

L’avis du libraire : Confirmation d’un grand talent et d’une forte personnalité. Depuis Chanson Douce, Goncourt 2016, on attendait avec impatience et curiosité le nouveau roman de Leïla Slimani. Et l’on n’est pas déçu, que du contraire : une saga familiale, la sienne, sur fond historique, le Maroc d’après-guerre. Dans ce premier volet d’une trilogie, l’on s’attache au grand parent, Mathilde et Amine, rencontrés et mariés en Alsace à la Libération et qui s’installent au Maroc dans la campagne de Meknès. Roman classique certes mais habité par des personnages, un souffle, une énergie et une écriture somptueuse. Hâte de lire la suite.    

« La résurrection de Joan Ashby » - Cherise Wolas, Delcourt, 2020

Joan Ashby a toujours voulu devenir écrivaine et a établi dès l'âge de 13 ans quelques préceptes de vie pour mettre toutes les chances de son côté : "Ne pas perdre de temps", "Écrire tous les jours", mais surtout : "Éviter l'amour", "Ne jamais avoir d'enfants", "Ne céder à aucune proposition de mariage"... Elle touche au but dix ans plus tard et devient la nouvelle sensation de la scène littéraire new-yorkaise avec un premier recueil de nouvelles singulières et explosives. Elle fait toutefois un premier pas de côté en épousant Martin, puis découvre peu après avec effroi qu'elle est enceinte. Elle prend alors une décision fatale à sa carrière et s'efface dans une vie de famille non préméditée…

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK