Caryl Férey, l'auteur qui va au fond des choses

Caryl Férey, l'auteur qui va au fond des choses
3 images
Caryl Férey, l'auteur qui va au fond des choses - © Tous droits réservés

Caryl Férey prend son temps pour écrire, c’est l’une des raisons qui explique la beauté et la précision de ses romans, des polars noirs. Des ouvrages qui évoquent aussi tant de pays et leur histoire récente, des régions où ce breton d’adoption a traîné ses bottines.

Caryl, vous avez dit Caryl ? Un prénom d’origine galloise que son père lui a donné en hommage à Caryl Chessman, un braqueur-écrivain, exécuté en 1960, qui réussit à attirer l’attention du grand public sur la peine de mort aux Etats-Unis.

Le Seigneur des Anneaux, de Tolkien, c’est toute sa jeunesse, une saga dont le personnage d’Aragorn est le préféré du jeune Caryl pour l’aspect tragique de son destin : sauver les hommes ou accéder à son amour, Arwen…

Caryl Férey, c’est un aventurier des temps modernes, préférant faire le tour du monde plutôt que son service militaire ! Derrière des dehors peut-être un peu rudes, se cache un cœur d’or, un homme sensible. Il est fan et un joueur de rugby car, pour pratiquer ce sport, il faut être courageux, il faut du nerf… Et tout ça, Caryl le possède, d’autant qu’il n’est pas très grand !

L’auteur français est aussi amateur de musique. Le groupe " The Clash " fut une révélation pour le jeune homme qu’il était à l’époque, et particulièrement Joe Strummer, le leader du groupe, décédé trop tôt, un " grand frère " pour Caryl, à tel point qu’il écrira, en guise d’hommage, La Jambe gauche de Joe Strummer, en 2007.

Pour Caryl, l’écriture, c’est la liberté. Et il prend le temps d’en profiter afin d’en faire bénéficier, plus tard, ses lecteurs. Ecrire un polar, son genre préféré, lui prend environ quatre ans. Entre repérages de base et recherche de documentation, premier jet d’écriture, retour sur les lieux en vue d’approfondir et de préciser les gens et les décors et, finalement, le manuscrit définitif, c’est un véritable ouvrage d’expert auquel l’auteur s’adonne. C’est le même type de travail qui a mené à l’écriture de Paz, paru dans la série noire chez Gallimard.

« UN POLAR NOIR, POLITIQUE ET POLICIER »…

Paz, c’est une radiographie de la Colombie, un pays qui connaît un bain de sang depuis sa découverte par Christophe Colomb !

Ce qui s’est passé dans ce pays d’Amérique du Sud pendant des décennies est horrible. Au-delà de la colonisation espagnole, il y a eu la guerre des Mille jours, à la charnière des XIXe et XXe siècles, puis la Violencia, conflit civil qui, entre 1948 et 1960, a fait plus de 200.000 morts, avant que n’éclate la confrontation armée entre l’armée nationale colombienne, les insurgés du FARC et de l’ELN et des narcotrafiquants qui s’est calmée depuis 2010.

L’action de Paz se déroule après que tout ce beau monde ait déposé les armes. Parmi les personnages principaux de cette histoire simple qui évoque l’Histoire compliquée de la région, il y a un père, un vieux requin de la politique, et ses deux fils, un ancien officier des forces spéciales devenu chef de la police de Bogota et un ancien combattant des FARC. Des hommes au passé souvent plus que trouble… Il y a aussi deux femmes, importantes, car ce sont elles les arbitres de cette tragédie familiale sur fond de guérilla colombienne. Quand la boîte de Pandore s’ouvre, qui sait à quoi cela peut mener ?

Sous couverture avec Caryl Férey, à découvrir le jeudi 28 novembre 2019 sur La Trois, à 22h50 et à revoir sur Auvio.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK