Au risque de… Oscar Wilde

Il ne faut jamais avoir de préjugés, ni juger les gens sans les connaître.

Oscar Wilde, dans Teleny, 1893

Ce n’est pas pour ce qu’il a écrit qu’Oscar Wilde a connu la prison, mais c’est la prison qui a tari le génie littéraire qu’il était…

Résumer la vie d’Oscar Fingal O’Flahertie Wills Wilde, né le 16 octobre 1854, est tout sauf simple ! Né au sein de la bourgeoisie protestante irlandaise, il sera un élève et un étudiant brillant, féru de culture grecque. Il sera influencé par le mouvement préraphaélite, par l’art et la culture de la Renaissance… Esthète dédaignant les sports virils, il portera longtemps les cheveux longs. Il sera un grand voyageur – Italie, Etats-Unis, France… – pour le plaisir ou pour donner des conférences. Intime de Sarah Bernhardt, il côtoiera des artistes tels Degas et Pissarro. Malgré certaines rumeurs, il se mariera avec la fille d’un conseiller de la reine Victoria, Constance Lloyd, avec qui il aura deux fils, Cyril et Vyvyan…

Le Portrait de Dorian Gray, chef-d’œuvre de Wilde, parait en 1891 et fait scandale en Angleterre ! On accuse l’auteur d’atteinte à la morale publique. Sa réplique se traduira, entre autres, par un essai, Le Critique comme artiste, où il prône l’importance de l’Esthétique sur l’Éthique, proclame que l’art doit demeurer indépendant de la morale.

Mais ce qui va entraîner l’auteur vers le précipice, c’est sa rencontre, fin de l’été 1891, avec Lord Alfred Douglas.

Le fils de John Douglas, 9e Marquis de Queensberry est né le 22 octobre 1870, Wilde est son aîné de 16 ans. Dans sa famille, Alfred est surnommé "Bosie", ce qui signifie "joli garçon". Une véritable passion naît entre les deux hommes qui vont mener une vie dissolue et afficher leur homosexualité publiquement. En 1892, Alfred publie un poème, Deux amours, où il évoque l’homosexualité et où il termine par un vers resté célèbre : "l’amour qui n’ose pas dire son nom".

Le père d’Alfred désapprouve cette relation scandaleuse. En 1895, il remet au portier du club Albermarle que fréquente Wilde, une carte de visite où est écrit "Pour Oscar Wilde s’affichant comme Somdomite", une faute d’orthographe qui donnera naissance au mot anglais somdomite ! Wilde répond par un procès en diffamation… qu’il perd ! Le "scandale Queensberry" est né.

Le 3 avril 1895, un premier procès intenté par le Marquis de Queensberry s’ouvre à Londres. La salle du tribunal va se muer en salle de spectacle : aux propos de l’accusation, l’extraordinaire répartie de l’auteur fait mouche, déclenchant l’hilarité du public ! Mais la verve de Wilde va le perdre. Lorsque l’avocat Edward Carson lui demande s’il a jamais embrassé Walter Grainger, un domestique d’Alfred, l’auteur répond "Oh non, jamais, jamais ! C’était un garçon singulièrement quelconque, malheureusement très laid, je l’ai plaint pour cela".

8 images
© Tous droits réservés

Oscar Wilde est arrêté le 6 avril. Deux autres procès s’ensuivront, débouchant, en vertu de la loi anglaise interdisant l’homosexualité, à sa condamnation le 25 mai à la peine maximale de 2 ans de travaux forcés ! Ses biens sont saisis tandis que Constance se réfugie en Suisse où elle renomme ses fils du nom de Holland.

Wilde va endurer 14 mois de travaux forcés avant d’être transféré à la prison de Reading, à l’ouest de Londres. Le directeur lui accordera l’avantage d’avoir de quoi écrire, à la seule condition de remettre le tout, accompagné de ses écrits, chaque soir. Peu enclin à la littérature dans cet univers pénible, l’auteur aura en revanche une importante correspondance. Ainsi, début 1897, il écrira une longue lettre à son amant, Alfred, qui sera publiée de façon posthume, sous le titre De Profundis, en version expurgée en 1905 et intégrale en 1962.

8 images
Prison de Reading © Tous droits réservés

Libéré en mai 1897, Oscar Wilde partira en France, à Berneval, sur la côte normande. Il adoptera le nom de Sébastien Melmoth, en référence au titre du livre de Charles Robert Maturin, Melmoth, l’homme errant, œuvre fondatrice du roman gothique. Rejeté par ses amis, il rencontrera André Gide qui le décrira comme un homme cassé, encore prisonnier dans son âme. C’est en bord de Manche que Wilde écrira son dernier ouvrage, La Ballade de la geôle de Reading, un long poème décrivant les derniers moments d’un condamné à mort. Il sera publié pour la première fois en 1898, sans que le nom de Wilde n’apparaisse…

Lord Alfred Douglas le rejoint à Rouen, le 28 août. Ensemble, ils partent pour Naples, ensuite à Paris où Wilde rencontre des prostitués et entame une véritable déchéance. Lorsque Constance, qui assume les finances de son mari, apprend que Wilde est fort dispendieux, elle coupera les cordons de la bourse, entraînant le couple dans la précarité.

Le 28 octobre 1900, Oscar Wilde se convertit au catholicisme et c’est le 30 novembre qu’il décède, probablement une méningite, dans la misère, à l’hôtel d’Alsace, 13, rue des Beaux-Arts, en disant "Ou c’est ce papier peint qui disparaît, ou c’est moi". Le génie évitera, de peu, la fosse commune, au cimetière de Bagneux. En 1909, ses restes seront transférés au Père Lachaise où Robert Ross, un ancien amant et son exécuteur testamentaire, commandera une sculpture monumentale intitulée "Flying Demon Angel", "Ange Démon volant" qui fera longtemps scandale. Il semblerait que ce soient deux anglaises qui, en 1961, "so shocked" par certains… attributs, les auraient brisés !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK