Au risque de… Federico García Lorca

On revient de sa jeunesse comme d’un pays étranger. Le poème, le livre est la relation du voyage…

En mai 1936, le populaire poète espagnol Federico García Lorca est sur le point de terminer plusieurs œuvres théâtrales. Il va avoir 38 ans. Certains de ses amis aimeraient qu’il entre au parti communiste, mais il est plutôt libéral. Quant aux conservateurs, ils n’apprécient pas son amitié avec le ministre socialiste Fernando de los Ríos…

Depuis la victoire du Front populaire aux élections, tout se met en place pour qu’éclate la guerre civile… Fuyant l’intolérance et la violence de Madrid, García Lorca rentre dans sa famille, en Andalousie. Le 14 juillet, il est à Asquerosa – aujourd’hui Valderrubio – non loin de Grenade, à la Huerta de San Vicente, la maison de campagne de ses parents où il a déjà écrit tant d’œuvres…

 

 

Peu après, le coup d’état militaire dirigé par le général Franco échoue… Mais le 20 juillet, le beau-frère de Federico, Manuel Fernández-Montesinos, maire de Grenade tombée aux mains des phalangistes, est arrêté et exécuté un mois plus tard. Demeurer à Asquerosa est dangereux. Que faire ? Il pourrait s’installer chez son ami, le compositeur Manuel de Falla, dont la renommée le protégerait… Mais il se réfugie au centre de Grenade, dans la famille du poète Luis Rosales dont il connaît bien les frères, d’éminents phalangistes…

 

Pourtant, le 16 août, Federico est arrêté par Ramón Ruiz Alonso, un ancien député conservateur qui hait Fernando de los Ríos ainsi que García Lorca. L’auteur est accusé d’espionnage pour les Russes, d’être le secrétaire de Fernando de los Rios et d’être homosexuel… seul ce dernier point est exact. À l’aube du 18 août 1936, c’est à proximité de la bourgade de Víznar, que le poète, écrivain, dramaturge, dessinateur, musicien et compositeur espagnol est abattu. Son corps est jeté dans le ravin d’Alfacar… Jusqu’en 1953, l’œuvre de García Lorca demeurera interdite en Espagne.

Federico del Sagrado Corazón de Jesús García Lorca est né le 5 juin 1898, non loin de Grenade, à Fuente Vaqueros. Il est l’aîné des cinq enfants de Federico García Rodriguez, propriétaire terrien, et de l’institutrice Vicenta Lorca Romero, une mère férue de poésie et de musique. Si la famille s’installe à Grenade en 1909, dès 1926, les étés se passeront à Asquerosa. 

En 1914, Federico s’inscrit à l’Université de Grenade. Plusieurs professeurs l’influencent, dont Fernando de los Rios, le futur ministre. Plutôt attiré par la musique, c’est vers 1916 que le jeune homme commence à s’intéresser à la littérature. Il sera le chantre de la ruralité espagnole non sans être marqué par les inégalités sociales…

 

 

Le jeune universitaire et poète voyage à travers l’Espagne. C’est ainsi que naît son premier livre en prose, Impressions et paysages. Si la forme est encore hésitante, presque tous les centres d’intérêt de García Lorca y sont présents : la religion, l’art, la musique, la nature, la vie et la mort.

21 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Après-guerre, il part étudier à Madrid où il se lie d’amitié avec Luis Buñuel et Rafael Alberti. Federico rencontre aussi nombre de personnalités : Claudel, Valéry, Cendrars, Marinetti, Marie Curie, HG Wells, Ravel, Poulenc… Les meilleurs vers qu’il a écrits depuis 1918 sont rassemblés et édité dans Le livre de poèmes. Il rencontre le grand compositeur espagnol Manuel de Falla avec qui il va partager son amour des chants anciens du flamenco, le cante jondo. C’est ainsi que García Lorca publie Poème du cante jondo et que naît sa passion de pianiste et de compositeur.

 

 

En 1923, il fait partie des dix poètes fondateurs de " Génération 27 ", où l’on discute d’idées avant-gardistes. À l’époque, García Lorca débute l’écriture de sa première pièce, consacrée à une héroïne libérale espagnole du XIXe siècle, Mariana Pineda.

21 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

À Madrid, García Lorca entame une véritable passion amoureuse avec Salvador Dalí. Pendant six ans, leurs univers créatifs et artistiques vont s’entremêler, discutant d’esthétique, explorant la peinture et la poésie contemporaines et l’art ancien.

Chacun encourage l’autre dans son art, Federico se lance donc dans le dessin. À son amant, il dédiera un poème mystérieux et peu connu, Ode à Salvador Dali. C’est aussi l’époque de l’écriture de Chansons et de Romance gitane.

L’ardente vie amoureuse et sexuelle de Federico sera ensuite marquée par une relation intense avec le sculpteur Emilio Aladren. Mais leur rupture plongera le poète dans l’une des plus graves crises sentimentales de sa vie. Résultat : en juin 1929, García Lorca embarque sur l’Olympic à destination de New York. Un séjour de neuf mois qui est l’une des grandes expériences de sa vie.

21 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Là-bas, il se retrouve dans une ville démesurée et est confronté à la diversité religieuse et raciale. Malgré le bonheur de la découverte d’une modernité insoupçonnée, Federico finit par se sentir isolé et déprimé. C’est pourtant Outre-Atlantique qu’il écrit l’un de ses ouvrages les plus importants, Poète à New York, qui ne sera publié qu’après sa mort.

Il passe ensuite trois mois à Cuba. L’île le soulage de l’oppression new-yorkaise. Explorant la culture afro-cubaine, il discute musique et folklore avec Antonio Quevado et Maria Muñoz, des amis de Manuel de Falla. Cuba sera une période souriante et sensuelle dans la vie du poète, il y entame d’ailleurs l’écriture d’un drame homoérotique et surréaliste, Le Public

21 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

 

De retour au pays natal, Federico va contribuer à la politique culturelle de la toute jeune Seconde République espagnole. Dès l’été 1932, avec sa troupe théâtrale universitaire "La Barraca", il ressuscite le divertissement itinérant d’autrefois pour sauver le théâtre classique espagnol. Cette année-là, il écrit Noces de sang.

Après un séjour de quelques mois en Amérique du Sud où il rencontre Pablo Neruda et travaille sur Yerma, il rentre au pays natal pour écrire Divan du Tamarit, Sonnets de l’amour obscur et La Maison de Barnarda Alba, avant que n’éclate la guerre civile et qu’il ne parte pour l’Andalousie…

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK