"Tout le monde debout" : le premier film réalisé par Franck Dubosc dans votre Séance VIP

Après avoir écrit cinq films, Franck Dubosc se lance dans la réalisation en 2018 avec Tout le monde debout, une comédie romantique qui aborde avec un peu de douceur et beaucoup de second degré le handicap. En plus de l'écriture et de la réalisation, l'acteur français porte son film aux cotés d'Alexandra Lamy. À découvrir le lundi 11 octobre à 20h40 sur La Une.

Devenu une comédie française populaire, le premier scénario de Franck Dubosc s'appelle Camping et sort pour la première fois en 2006. Après ce premier succès, l'humoriste s'attelle à l'écriture d'un second film, Disco, réalisé comme Camping par Fabien Onteniente. Suivront Camping 2L'amour, c'est mieux à deux et enfin Tout le monde debout, premier film qu'il écrit et réalise également.

Et si tu tombais amoureux de quelqu’un d’handicapé ? Est-ce que l’amour serait plus fort que la raison ?

On y fait la rencontre de Jocelyn, un riche business man de 49 ans qui enchaîne les histoires sans lendemain. Ce qui excite Jocelyn c'est de mentir et de séduire une femme sous une autre identité que la sienne. Lorsque sa mère meurt et qu'il se replonge dans ses souvenirs dans l'appartement familial, Jocelyn rencontre Julie, une aide familiale au chômage. Celle-ci prend Jocelyn pour une personne à mobilité réduite puisqu'il est alors assis dans le fauteuil roulant de sa mère décédée. C'est l'occasion d'un nouveau challenge pour l'homme d'affaires qui se donne un objectif : séduire la jeune femme. Les choses se compliquent lorsque celle-ci lui présente sa sœur Florence (éblouissante Alexandra Lamy) qui est elle, réellement, en chaise roulante… Jusqu'où Jocelyn va-t-il s'embourber dans son mensonge ? Et à quel prix ?

3 images
Gérard Darmon, Alexandra Lamy, Elsa Zylberstein et Franck Dubosc dans "Tout le monde debout". © 2018/NEXUS FACTORY

Un film très personnel pour Dubosc

Plusieurs éléments de Tout le monde debout sont inspirés de l'expérience personnelle de l'acteur. D'abord le fauteuil roulant qui est arrivé dans sa vie par l'intermédiaire de sa mère : "Un jour, à cause de l’âge et parce qu’elle ne pouvait plus beaucoup se déplacer, ma mère s’est retrouvée dans un fauteuil roulant. Le fauteuil, symbole du handicap, est devenu une solution parce que, enfin, elle allait pouvoir de nouveau bouger, sortir. Mais elle a objecté: "Je ne pourrai pas aller au marché de Noël car il faut monter des marches". Ça a fait tilt. Ce qui semblait une opportunité devenait donc un obstacle. Et j’ai pensé à tous ceux qui, handicapés, sont confrontés à cela", confiait Dubosc lors de la sortie du film à La Meuse.

Après un début plutôt potache, Tout le monde debout se transforme assez rapidement en comédie romantique. Jocelyn tombe en effet bien malgré lui amoureux de Florence et ne sait pas comment lui annoncer qu'il est en fait valide et lui a menti tout du long. "J’ai toujours eu envie de raconter une histoire d’amour qui soit fondée sur la différence, non pas culturelle ou sociale, mais physique. Il y a une question que je me suis souvent posée, qui m’interpelle : "Et si tu tombais amoureux de quelqu’un d’handicapé ?" C’est une vision du futur un peu compliquée, certes. Mais est-ce que l’amour serait plus fort que la raison ? Je pense que oui".

Tout le monde debout, lundi 11 octobre à 20h40 sur La Une, dans le cadre de Cap 48.

3 images
Franck Dubosc et Alexandra Lamy dans "Tout le monde debout". © 2018 / NEXUS FACTORY
Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK