Retour aux sources : Les routes de l'esclavage

Retour aux sources : Les routes de l'esclavage
Retour aux sources : Les routes de l'esclavage - © Tous droits réservés

200 ans après l’abolition officielle de la traite d’esclaves et 170 ans, jour pour jour, après l’abolition définitive de l’esclavage en France et dans ses colonies, Elodie de Sélys nous propose de découvrir cette série documentaire évènement au cours de deux émissions spéciales Retour aux sources sur La Une et sur La Trois.

"Les routes de l’esclavage" : une série réalisée par Daniel Cattier, Juan Gélas et Fanny Glissant à voir sur La Une le 27/04 à 22h35 (épisodes 1 et 2) et sur La Trois le 28/04 à 21h05 (épisode 3 et 4)

L’histoire de l’esclavage n’a pas commencé dans les champs de coton. C’est une tragédie beaucoup plus ancienne qui se joue depuis l’aube de l’humanité. A partir du VIIe siècle, et pendant plus de 1 200 ans, l’Afrique a été l’épicentre d’un gigantesque commerce d’êtres humains parcourant l’ensemble du globe. Nubiens, Peuls, Mandingues, Songhaïs, Sosos, Akans, Yorubas, Ibos, Kongos, Yao, Somalis... Au total, plus de 20 millions d’Africains ont été déportés, vendus et réduits en esclavage.

27/04/2018 dès 22h35 sur La Une dans Retour aux sources : Episode 1 et 2

Film 1 : 476 – 1375 : Au-delà du désert

 476 après Jésus-Christ, Rome s’effondre sous la poussée des invasions barbares. Sur les ruines de l’empire romain, les Arabes bâtissent un nouvel empire qui s’étend des rives de l’Indus jusqu’au Sud du Sahara. Entre l’Afrique et le Moyen-Orient se tisse durablement un immense réseau de traite d’esclaves. Dans un récit épique et documenté, le premier épisode des Routes de l’Esclavage raconte 700 ans d’histoire et révèle comment les populations subsahariennes sont devenues au fil des siècles la principale " matière première " de la plus grande déportation de l’histoire.

 Film 2 : 1375 – 1620 : Pour tout l’or du monde

A la fin du Moyen-âge, l’Europe s’ouvre au monde et découvre qu’elle se situe en périphérie de la principale zone de production de richesses de la planète : l’Afrique. Les Conquistadors portugais sont les premiers à se lancer à la conquête de l’Afrique. Ils partaient chercher l’or, ils vont revenir avec des centaines de milliers de captifs pour les vendre en Europe. Entre les côtes africaines, le Brésil et leurs comptoirs, les Portugais mettent en place les premières colonies entièrement peuplées d’esclaves.

28/04/2018 dès 21h05 sur La Trois dans Retour aux sources : Episode 3 et 4

Film 3 : 1620 – 1789 : Du sucre à la révolte

 XVIIème siècle. L’Atlantique devient le champ de bataille de la guerre du sucre. Français, Anglais, Hollandais et Espagnols se disputent les Caraïbes pour y cultiver des champs de cannes. Pour assouvir ces rêves de fortune, les Royaumes Européens ouvrent de nouvelles routes de l’esclavage entre l’Afrique et les îles du Nouveau Monde. Avec la complicité des banques et des compagnies d’assurances, ils industrialisent leurs méthodes et portent le nombre de déportations à des niveaux jusque-là jamais atteints. Pris au piège, près de 7 millions d’Africains se trouvent entrainés dans un gigantesque tourbillon de violence.

Film 4 : 1789- 1888 :  les nouvelles frontières de l’esclavage

A Londres, Paris et Washington, le courant abolitionniste gagne du terrain. Après la révolte des esclaves à Saint-Domingue, et face à la gronde de leurs opinions publiques, les grandes puissances européennes abolissent la traite transatlantique en 1807. Pourtant l’Europe, en pleine révolution industrielle, ne peut pas se passer de la force de travail des esclaves. Pour satisfaire son besoin de matières premières, elle repousse les frontières de l’esclavage et ferme les yeux sur les nouvelles formes d’exploitation de l’homme au Brésil, aux Etats-Unis et en Afrique. A l’heure où la traite légale est enfin interdite, la déportation des captifs africains va exploser, plus importante que jamais. En 50 ans, près de 2,5 millions sont déportés.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK