S’appauvrir : les effets de la crise sanitaire au cœur d’un documentaire réalisé par Yves Dorme

Avec la crise sanitaire, une nouvelle vague de pauvreté déferle sur le pays. De Tournai à Liège, de Bruxelles à Arlon, ce documentaire nous plonge dans la réalité de l’aide sociale, à la rencontre de ceux qui luttent contre la pauvreté. Des travailleurs sociaux de première ligne jusqu’au cabinet de la ministre fédérale : tous témoignent de la violence de la crise.

S’appauvrir : un documentaire édifiant et nécessaire de Yves Dorme à voir le lundi 14 juin à 22h25 sur La Trois dans l’émission Regard sur et à revoir sur Auvio jusqu'au 14 septembre !

Le constat est implacable : en Belgique, la pauvreté gagne du terrain et touche de nouveaux publics suite à la pandémie. Selon une enquête réalisée par la Croix-Rouge de Belgique, 2 personnes sur 5 ont disposé d’un revenu moindre pour se nourrir.

Tourné au cœur de la crise sanitaire, ce film, raconté par la voix du comédien Angelo Bison, est un parcours auprès des personnes luttant contre la pauvreté. Associations d’aide alimentaire, caisse sociale, syndicat, Task Force au cabinet de la ministre fédérale, CPAS, Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté… : leurs témoignages sont édifiants. Tous le disent : si les mesures d’aide temporaire ne suffisent plus, certains rejoindront le rang des personnes déjà précarisées et frappées elles aussi par la crise. Au-delà de l’urgence, le film interroge les valeurs qui sous-tendent la lutte contre la pauvreté. L’enjeu est de taille !

Agent double Production et Les Films de l'Heure Bleue en coproduction avec la RTBF et le CBA.

Rencontre avec le réalisateur Yves Dorme

2 images
Le réalisateur Yves Dorme © Tous droits réservés

Vous avez démarré ce projet avant le début de la crise du Covid. Avec cette crise, il a pris un autre tournant ?

J’avais le projet de faire un film sur la lutte contre la pauvreté. Avec la crise, la pauvreté change de visage et je voulais intégrer cette nouvelle donne. J’ai senti aussi une urgence à le faire. Parce qu’il y a le danger que cette nouvelle vague de pauvreté soit occultée par la relance de l’économie et le retour à une certaine normalité. J’avais été frappé par une rencontre lors d’un précédent tournage avec une femme qui avait vécu une faillite. Avec son mari, elle avait un service traiteur de luxe et leur affaire fonctionnait très bien. Et puis le mari est tombé malade et ils ont fait faillite. Et en 4 mois de temps, ils n’avaient plus aucun ami autour d’eux. Ils ont vécu la faillite, les dettes, la pauvreté … tout ça tout seuls. Et c’est ce que je crains un peu pour les personnes qui se sont appauvries avec la crise, qu’elles se retrouvent seules et qu’on les oublie. C’est pour ça que je voulais faire le film maintenant.

Dans votre film précédent, “Le prix du pain”, vous aviez recueilli les témoignages des personnes précarisées. Cette fois, vous allez à la rencontre des professionnels luttant contre la pauvreté, pourquoi était-ce important pour vous ? 

Le taux de pauvreté qu’il y avait avant le Covid était déjà alarmant et le système qui la gère était déjà presque en rupture. Cela pose question dans une société riche. Je pense que le grand public ne se rend pas vraiment compte du parcours et des étapes par lesquelles passent les personnes qui s’appauvrissent, ni de ce qui se passe réellement au sein des services d’aide sociale, du système qui gère la pauvreté ici en Belgique. Je voulais aller voir et montrer comment la pauvreté est gérée et prise en charge concrètement. 

Les travailleurs sociaux sont débordés et confrontés à des situations dramatiques

Dans quel état d’esprit est le personnel de l’aide sociale ? 

On est dans un système paradoxal. Globalement, les aides octroyées ne permettent pas de vivre dans la dignité, c’est-à-dire au-dessus du seuil de pauvreté. Les travailleurs sociaux sont inquiets, débordés, ils ont de moins en moins de temps à consacrer aux personnes parce qu’il y en a de plus en plus, et pas plus de personnel. Il y a un parallèle avec le personnel soignant. Les travailleurs sociaux sont confrontés à des situations dramatiques. Et puis leur mission est aussi en train de basculer. Beaucoup ne se retrouvent pas dans un système qui est plus dans le contrôle que dans l’accompagnement.

Vous le dites, la lutte contre la pauvreté est un enjeu important et qui concerne tout le monde ?

Ce n’est pas seulement la personne qui s’appauvrit, c’est toute la société qui s’appauvrit. Les inégalités sont en train de se creuser et la crise accentue ce phénomène. Je pense que la façon dont on considère les personnes les plus faibles est le reflet de nos valeurs, le reflet de notre société. Il suffit d'écouter comment on parle des personnes les plus fragiles pour savoir quelle éthique est sous-tendue derrière ce discours.

Cela me sidère que l’on puisse vivre tranquillement avec le fait que des tas de gens vivent en-dessous du seuil de pauvreté 

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué pendant ce tournage ?

La pauvreté, on ne veut pas la voir, comme si on ne prenait pas le temps de regarder ce qui est en train de se passer, parce que c’est dérangeant. Les travailleurs sociaux, eux, ont envie et besoin de rendre public leur travail et de montrer la réalité. Et c’est ce que je veux faire avec ce film : attirer l’attention sur les limites et les paradoxes de ce système d’aide. Vivre dans la dignité est un droit inscrit dans la constitution et pourtant des tas de gens vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Il y a quand même là un glissement. Cela me sidère que l’on puisse vivre tranquillement avec ça. J’espère qu’avec ce film, le téléspectateur pourra se rendre compte concrètement des étapes de la précarisation, que cela ouvre le champ de la réflexion et des consciences.

Le documentaire "S’appauvrir" est à voir le lundi 14 juin à 22h25 sur La Trois dans l’émission Regard sur et à revoir sur Auvio jusqu'au 14 septembre !

 

Vous aimez La Trois et voulez suivre sa programmation ? Abonnez-vous au compte Instagram La Trois et découvrez chaque semaine un tas d’anecdotes, d’infos et de quiz sur les films, documentaires et concerts diffusés sur notre chaîne !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK