" Main basse sur l'eau " : enquête sur la financiarisation de l'or bleue

Main basse sur l'eau
Main basse sur l'eau - © Tous droits réservés

Cette semaine, Julie Morelle nous propose une investigation internationale réalisée par Jérôme Fritel sur un enjeu crucial de société : la marchandisation de l’eau. A travers ce documentaire, on verra comment ce bien précieux de plus en plus rare pourrait devenir un simple produit soumis à la loi du marché.

Une soirée Regard sur à ne pas manquer le lundi 14 septembre dès 21h05 sur La Trois et à revoir sur sur Auvio

Main basse sur l'eau

Jusqu’à présent l’eau était considérée comme une ressource naturelle, gratuite ou quasi gratuite, et abondante. Mais la donne a changé. Les populations qui augmentent, l'agriculture qui s'étend, la pollution et le réchauffement climatique : autant de raisons qui font que partout sur le globe, la demande en eau explose. Selon les prévisions, en 2050, au moins une personne sur quatre vivra dans un pays affecté par des pénuries d'eau chroniques... De quoi attiser les convoitises des géants de la finance qui ont décidé de s'attaquer à ce secteur en y investissant des milliards d'euros.  Après l'or et le pétrole, voici donc venu le temps de la ruée vers l'eau. Goldman Sachs, HSBC, UBS, Allianz, la Deutsche Bank, la BNP... Les banques, les fonds de placements et les fonds spéculatifs se jettent sur tout ce qui a trait à l'eau, déjà appelée l'or bleu.  Mais l'eau douce peut-elle être considérée comme une matière première au même titre que le pétrole, le charbon ou le blé ? Peut-on laisser les acteurs de ces marchés - banques et fonds d'investissements - créer des instruments financiers pour parier sur sa valeur ? Ou bien faut-il sanctuariser cette ressource pour la protéger de la finance ? 

Cette enquête internationale de Jérôme Fritel nous montre à quel point l’enjeu est aussi crucial qu’urgent.

Production : Magneto Presse en coproduction avec Arte

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK