Le combat des mères contre le radicalisme religieux.

Le combat des mères contre le radicalisme religieux.
3 images
Le combat des mères contre le radicalisme religieux. - © Tous droits réservés

"Regard sur" nous emmène à la découverte de deux documentaires qui s’intéressent à la place des mères dans la lutte contre le radicalisme religieux.

Avec "De mère en fille" de Hubert Fiasse et Pierre Martinage, nous suivons trois générations de femmes qui illustrent comment les valeurs fondamentales d’une culture et d’une éducation se transmettent entre générations. S’en suit "La chambre vide" de Jasna Krajinovic, un portrait croisé de mères d’enfants recrutés pour le djihad. Au centre de ce film sensible : Saliha, la mère de Sabri mort en Syrie moins de 4 mois après son départ. Le film suit son combat et celui de ces mères qui luttent pour empêcher d’autres jeunes de partir.

De mère à fille

Un documentaire de Hubert Fiasse et Pierre Martinage à ne pas manquer lundi 13/04 sur la Trois à 21h05.

A voir et à revoir sur Auvio.

De mère à fille nous emmène à la croisée de 3 générations de femmes belgo-algériennes musulmanes. Anissa, une adolescente en construction interroge sa mère Malika et sa grand-mère. Comment faut-il se comporter pour être une bonne musulmane ? Partagée entre le désir d’être une bonne pratiquante et l’envie de vivre son adolescence librement elle questionne sa mère et sa grand-mère sur ce qui est autorisé ou non.

Malika fait partie de la génération qui s’est émancipée, on l’a éduqué pour être une bonne épouse, elle ne devait pas s’exprimer. Depuis, elle s’est libérée des injonctions religieuses, elle se revendique croyante mais pas pratiquante. Elle veut que sa fille soit libre, n’ait pas peur de vivre, de s’exprimer, de faire ses propres choix.

Ce film nous montre l’importance de la transmission des valeurs et du dialogue au sein de la cellule familiale. Il souligne la nécessité de déconstruire les discours communautaristes si facilement accessibles sur les réseaux dans un contexte social et à un âge où il est possible de tomber dans le repli identitaire.

Un film touchant qui nous montre comment les valeurs fondamentales d’une culture et d’une éducation se transmettent entre générations, de mères à filles.

La chambre vide

Un documentaire de Jasna Krajinovic à ne pas manquer lundi 13/04 sur la Trois à 21h55.

A voir et à revoir sur Auvio.

Saliha Ben, maman de 4 enfants a perdu son fils Sabri, 19 ans, mort " en martyr " en décembre 2013, en Syrie. Saliha, face à ce deuil difficile, décide d’agir. Elle se lie avec d’autres parents, d’autres mères d’enfants partis en Syrie. Ensemble, ils essaient de comprendre d’où vient cette radicalisation soudaine et comment leurs enfants ont pu être enrôlés si rapidement par les réseaux djihadistes.

Du parlement belge aux jeunes qu’elle rencontre dans les écoles, Saliha cherche à faire bouger les choses et témoigne du phénomène de la radicalisation, de l’action des recruteurs, des fragilités sur lesquelles elle se fonde. Les conférences, les débats, les rencontres à l’étranger… : c’est sa façon à elle de tenir debout. Pour que la mort de Sabri ne serve pas à rien.

C’est à la fois dans l’intimité des familles et dans leur action publique que la réalisatrice Jasna Krajinovic a filmé cette histoire. Dans la maison de Saliha, nous suivons cette famille qui se reconstruit dans le deuil d’un fils disparu. Dans l’espace public, nous appréhendons ce qui frappe ces familles, les réponses possibles. Avec sensibilité, de Bruxelles jusqu’aux portes de la Syrie où Saliha a tenu à se rendre, ce film nous offre des clés pour comprendre les dimensions de ce phénomène qui nous terrasse aujourd’hui.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK