Le champ des possibles : un documentaire sur les nouveaux agriculteurs

Malgré la crise profonde que traverse le monde agricole, chaque année en France, des citadins décident de changer de vie en quittant leur bitume quotidien pour devenir agriculteurs. Ce documentaire lumineux part à la rencontre, en France, de quelques-uns de ces néo-ruraux.

Le champ des possibles : un documentaire de Marie-France Barrier à voir dans l’émission Regard sur le lundi 17 mai à 21h05 sur La Trois et à revoir sur Auvio

Prix Green Awards au Festival de Deauville en 2018, ce documentaire nous emmène dans un tour de France à la rencontre de gens inspirants. Pour redonner du sens à leur travail, ils ont quitté leur confort urbain pour apprendre à vivre de la terre. Attirés par une agriculture respectueuse de la vie, ces néo-paysans viennent grossir les rangs des agriculteurs de souche qui remettent eux aussi en question leur travail. Revenus des pratiques productivistes et industrialisées qu’ils ont apprises, des céréaliers, des vignerons ou des éleveurs laitiers changent de logique pour renouer avec la nature et retrouver goût à leur métier. D’autres paysans choisissent de s’installer en collectif pour mutualiser leur force de travail et leur matériel, quand d’autres décident de devenir bergers au cœur de la ville.

Chez nous aussi, le changement est amorcé et de plus en plus de fermes se sont converties au bio. La preuve par les chiffres : une ferme sur sept est bio en Wallonie. De plus en plus de consommateurs veulent manger local. Et la relocalisation de l’agriculture est présentée comme la solution face à un système alimentaire mondialisé, dont on a perdu le contrôle. 

Ce documentaire nous emmène tout d’abord dans le Calvados, à la rencontre de Pierre, un ancien pilote de ligne qui a décidé de construire sa propre ferme. Il ne voyait plus de sens à sa vie d’avant : " mettre des litres de kérosène dans le moteur de mon avion pour emmener des touristes français à Venise, je ne pouvais plus vivre comme ça sans me soucier de l’avenir de la planète ". Comme lui, les " néo-paysans " venant de la ville et sur diplômés sont de plus en plus nombreux. C’est le cas de Linda et son compagnon qui ont créé leur ferme en Normandie au milieu de champs de culture intensive. Leur pari " remettre de la vie là où il n'y en avait plus ", transformer un champ céréalier traditionnel bourré de pesticides pour y planter des arbres et faire pousser des légumes et des fruits.

Fils d’agriculteur, Olivier, est un céréalier. Il a décidé de sortir du circuit de l’agriculture industrielle et des pratiques intensives. Fini la course à la productivité, fini les insecticides et place à la préservation des sols naturellement productifs.  Idem pour Valentin qui a quitté la ville pour prendre la relève de son père sur le terrain viticole dans le Jura. Il a converti le vignoble familial en bio. Le bio est plus risqué, il le sait, mais il maintient que ça marche et il espère que son exemple va donner des idées à d’autres.

Frédéric est laitier dans la Sarthe. Se remettre en cause était pour lui une question de survie. Il a complètement changé sa façon de travailler. Une renaissance après avoir touché le fond. Aujourd’hui ses vaches mangent de l’herbe, plus du maïs et du soja qui lui coûtaient cher.

Le monde agricole est en pleine révolution. A l’image de ces jeunes, onze amis associés dans une ferme collective dans le Limousin. Des trentenaires qui se sont rencontrés sur les bancs d’une école d’ingénieurs agricoles. Et c’est extrêmement réjouissant et vivifiant de les voir travailler ensemble. La force du collectif, l’entraide et la solidarité, sont les valeurs piliers de leur ferme. On ressort de ce film le sourire aux lèvres, avec le sentiment que le changement est possible.  

Production : Camera Subjective / France Télévisions

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK