"Au nom du progrès", des révolutions industrielles à la crise environnementale

"Au nom du progrès", des révolutions industrielles à la crise environnementale
2 images
"Au nom du progrès", des révolutions industrielles à la crise environnementale - © Tous droits réservés

Dans Regard Sur, Julie Morelle vous propose de retracer l’histoire de deux siècles de révolutions industrielles et économiques, de l’ère du charbon à celui du Big Data avec le documentaire " Au nom du progrès " de Jean-Robert Viallet. Un documentaire fascinant qui raconte " une autre histoire du progrès ", une histoire pour comprendre "comment nous en sommes arrivés là".

A ne pas manquer lundi 1er juin à 21h05 sur La Trois et à revoir sur Auvio

Depuis le début de " l’ère industrielle ", l’intelligence déployée par l’homme est immense. Aujourd’hui, la crise environnementale, elle aussi, est immense. Que s’est-il passé ? Avec des archives issues de fonds du monde entier, Jean-Robert Viallet nous entraîne dans un grand récit qui commence au début de l’industrialisation et qui s’achève de nos jours.

Les auteurs posent un regard sans concessions sur deux siècles de capitalisme industriel. Ils racontent l’exploitation des énergies fossiles, le développement de l’automobile, du nucléaire et de la consommation de masse. Aux progrès des sciences et des techniques, ils ajoutent l’impérialisme et les guerres du XXème siècle. Ils poursuivent par le récit des périurbanisations, du développement de l’agriculture industrielle et de la globalisation. Le film regorge des petites histoires et des moments historiques qui éclairent la crise environnementale que nous vivons aujourd’hui.

Une historicité de la crise environnementale

Qui sait qu’au début de son exploitation industrielle, le charbon était perçu comme une véritable solution écologique ? Les forêts de Grande Bretagne et d’Europe de l’ouest avaient quasiment disparu, trop exploitées par les hommes d’alors pour alimenter leurs foyers et leurs ateliers. 

Qui connaît l’histoire des chimistes de la première guerre ? En apprenant à tuer l’ennemi, on a aussi appris à tuer le vivant en général, appliquant les recettes de la guerre au domaine de l’agriculture. Qui connaît l’histoire du démantèlement des tramways américains ? Les lobbyistes de l’industrie automobile et du pétrole voulaient le marché du transport public pour faire fructifier leurs affaires. Qui a entendu l’histoire de cette physicienne du MIT, qui mettait au point en 1948 une maison solaire quasiment autonome, dont les efforts seront anéantis par les grandes compagnies américaines de l’électricité ?

La crise environnementale que nous vivons n’est pas le fait de l’espèce humaine dans sa globalité. Elle est historiquement causée par une petite minorité des hommes. Européens de l’ouest et américains du nord en tête. Les 1400 milliards de tonnes de CO2, invisibles, prisonnières de la basse atmosphère sont bel et bien là. Les gros émetteurs de C02 sont aujourd’hui les 20% d’hommes et de femmes les plus riches de la planète. Le mode de vie développé depuis le début du 19e par la bourgeoisie des pays industriels et colonisateurs, est devenu le quotidien globalisé d’1/5 de notre monde.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK