"Après demain", Cyril Dion poursuit son enquête sur les initiatives citoyennes

"Après demain"
3 images
"Après demain" - © Tous droits réservés

Dans Regard Sur, Julie Morelle nous propose le documentaire « Après demain ». Deux ans après le succès phénoménal du documentaire Demain, Cyril Dion revient sur les initiatives que le documentaire a inspirées.

La soirée se poursuivra avec l’enquête interpellante de Julie Lotz " Colorants, édulcorants, conservateurs… Que cachent-ils ? " qui s’interroge sur ce que l’on trouve dans notre assiette.

Après demain

Le réalisateur Cyril Dion revient sur les initiatives que son documentaire "Demain" a inspirées dans le domaine de l’agriculture, de l’énergie, de l’économie, de l’éducation ou de la gouvernance dans 10 pays de par le monde.

Face aux défis environnementaux et sociaux du XXIe siècle, il embarque avec lui son amie Laure Noualhat, enquêtrice de renom sur les fronts de l’écologie et très sceptique sur la capacité des micro-initiatives à avoir un réel impact face au dérèglement climatique.

Leur confrontation pleine d’humour les pousse dans leurs retranchements : qu’est-ce qui marche, qu’est-ce qui échoue ? Et si, finalement, tout cela nous obligeait à inventer un nouveau récit pour l’humanité ?

Un documentaire à voir sur Auvio jusqu'au 8 juin.

Colorants, édulcorants, conservateurs… Que cachent-il ?

Une enquête de Julie Lotz à voir sur Auvio.

Nous avalons des additifs alimentaires chaque jour, ce sont les " E " suivis d’un chiffre dans la liste des ingrédients. Mais que savons-nous de leur toxicité ? Pas grand-chose, tant le monde des additifs alimentaires est opaque.

Les additifs sont arrivés avec l’alimentation industrielle dans les années 60. Il en existe aujourd’hui plus de 300 sur le marché. Naturels ou chimiques, ils ont tous été autorisés par les autorités européennes, mais il y a une zone d’ombre.

Des scientifiques dénoncent les risques d’effet cocktail, lorsque plusieurs additifs sont présents dans un même aliment. Le E171 par exemple, un colorant ajouté très fréquemment dans les chewing-gums, les bonbons ou les raviolis, est sur le marché depuis la fin des années 60. La toute première étude scientifique sur l’ingestion de cet additif vient seulement d’être publiée, le 20 janvier 2017… Et ses résultats sont inquiétants.

Les scientifiques pointent également la présence de particules ultra-fines, les nanoparticules, dans ces additifs. Des chercheurs démontrent que ces substances peuvent traverser l’intestin, affaiblir le système immunitaire et entraîner l’apparition de cancers. Aucun étiquetage spécifique, pourtant requis par la réglementation européenne, ne permet au consommateur d’être alerté sur la présence de ces nanoparticules.

Cette enquête édifiante et fouillée pousse à s’interroger sur la qualité des aliments que nous ingérons et sur ces substances potentiellement dangereuses pour l’homme.