Emmanuel Bottieau : « La Belgique compte tous ses morts, même les cas suspects »

Pointée du doigt pour son grand nombre de décès, la Belgique est accusée de mauvaise gestion de crise. Pourtant, si nos voisins affichent des chiffres plus encourageants, la réalité est, de toute évidence, beaucoup plus nuancée.

Sur le plateau de Questions en Prime, Emmanuel Bottieau, professeur à l’institut des maladies infectieuses d’Anvers, donne deux éléments de réponses :  " Premièrement, la Belgique a été fortement impactée par l’épidémie. Comme nous sommes un pays central, nous avons eu plusieurs entrées du virus : les retours d’Italie, le carnaval en Allemagne, l’Alsace,… Des entrées que n’ont pas connues d’autres pays comme la France où le virus s’est essentiellement déclaré dans le Nord. Et la deuxième raison, c’est que les autorités belges ont pris le parti de compter tous les décès survenant durant l’épidémie comme étant, vraisemblablement, des décès liés au coronavirus. Ce qui a très certainement entrainé une surestimation de la mortalité. "

Un bilan trompeur chez nos voisins ?

Dans la majorité des autres pays, on ne compte que les cas covid confirmés par un test. " Dans ce cas-là, il y a une très forte sous-estimation car on ne teste pas tout le monde, notamment dans les maisons de repos. "

Pour Emmanuel, le bilan de la pandémie tombera prochainement :

" Dans deux ou trois semaines, on va calculer la surmortalité par rapport à une année normale et on fera les comptes entre les pays. "

Au final, il est très difficile de comparer les chiffres. L’épidémie en Allemagne n’est pas du tout la même qu’en Suède ou en Belgique. Emmanuel conclut : " Je ne sais pas si on peut dire qu’un pays fait mieux qu’un autre. On constate que certains doivent revenir en arrière. On doit aussi apprendre des expériences de nos voisins, comme le Danemark qui a rouvert ses écoles depuis trois semaines. La comparaison est risquée, et souvent, pas très utile. "

Tous les pays avancent de manière empirique face à un virus que nous continuons de découvrir. Si de prime abord, nos chiffres, en Belgique, peuvent sembler alarmants, il est primordial de bien comprendre ce qu’ils reflètent.


Vous pouvez retrouver tous les chiffres au niveau européen et mondial grâces aux cartes mises à jour régulièrement.