"Questions à la Une" : 2 questions sur notre alimentation

"Questions à la Une" : 2 questions sur notre alimentation
3 images
"Questions à la Une" : 2 questions sur notre alimentation - © Tous droits réservés

"Questions à la Une" se penche sur notre consommation de poulet et d'avocat, 2 aliments prisés dans l'alimentation mais dont l'envers du décor pose de nombreuses questions...

Chaque année, le belge mange en moyenne près de 15 kg de volaille. Notre pays produit annuellement 270 millions de poulets de chair. Mais cette production n'a pas bonne réputation : manipulation génétique, mal-être animal, antibiotiques,... Quelles sont les solutions ou les alternatives ?

De son côté, l'avocat est un aliment plébiscité à la fois par les nutritionnistes, les maraîchers et les gastronomes. Mais quels secrets cache le marché lucratif de ce fruit très aimé chez nous ?

Les réponses à ces questions sont à découvrir ce 23 janvier à 20h20 sur La Une !

Première question : "Du poulet bon marché mais à quel prix ?"

Au sein des élevages, plus de 90% des poulets n’ont besoin que de 30 à 40 jours pour atteindre l’âge de l’abattoir. Le secret du poulet standard : une croissance très rapide, rendue possible grâce à la manipulation génétique.

Élevée dans des hangars de 20 à 50 000 unités, cette volaille vendue à moins de 3 euros/kg dans les supermarchés, préoccupe les organismes de défense des animauxBien-être mis à mal, recours trop fréquent aux antibiotiques, ... les mauvaises pubs pour le secteur sont monnaies courantes.

Aux Pays-Bas, la grande distribution a décidé de ne plus vendre de poulet à croissance rapide face à une opinion publique touchée par la cause animale. Devrions-nous emboîter le pas en Belgique? Que se cache-t-il vraiment derrière cette production industrielle ? C’est à ces questions que David Brichard et François Andreoletti ont tenté de répondre.

 

"Seconde enquête : L'avocat, un fruit qui fait sa loi ?"

L'avocat, plébiscité par les nutritionnistes comme par les maraîchers et les gastronomes, est au coeur d'un marché lucratif. La consommation de ce fruit délicieux a pourtant des conséquences négatives sur l'environnement : des forêts effacées de la carte, un marché qui alimente les narcotrafiquants, 500 milliards de litres d’eau par an, et un avocat du futur, bientôt génétiquement modifié
L’envers du décor est à découvrir dans l’enquête de Anne-Fleur Delaistre et de François Pomes.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK