Les seniors au coeur de Questions à la Une

temporary-20170210032517
2 images
temporary-20170210032517 - © Tous droits réservés

L'espérance de vie augmente. Nous vivons généralement plus vieux et en meilleure santé que par le passé. Certains entrepreneurs y ont vu un marché florissant et ne s'y sont pas trompés. Quand ils ont les moyens, les seniors ne regardent pas à la dépense. Mais vieillir peut aussi être aussi synonyme de maladie. Celle d'Alzheimer touche 80 000 personnes en Belgique mais reste un mystère. Questions à la Une propose ce mercredi 15/02 à 20h25 sur La Une deux enquêtes inédites.

 1. Marché des seniors : nouvel Eldorado économique ?

En 2040, une personne sur quatre aura plus de 65 ans. Devant cette réalité inéluctable, de plus en plus d’initiatives économiques voient le jour dans un marché gigantesque où tout le monde veut sa part du gâteau. En France, où les revenus générés par les seniors sont estimés à 20 milliards d’euros, des centres de développement technologiques spécialisés ont même vu le jour et présentent de solides perspectives de développement. Marketing ciblé, voyages à la carte, services à domicile et loisirs adaptés … tout est bon pour capter le pouvoir d’achat des seniors les plus nantis. Car dans certains domaines, comme l’immobilier, la majorité des loyers de " résidence services " atteignent des niveaux records bien au-delà des possibilités financières de la grande majorité des aînés. Dans ce contexte d’allongement constant de la durée de vie le marché des seniors est-il "le nouvel Eldorado économique ?"

Une enquête de Thomas Rorive

2. – Alzheimer : mythe ou réalité ?

En Belgique, plus de 80.000 personnes souffrent aujourd’hui de la maladie d’Alzheimer et ce chiffre pourrait doubler dans les 20 années à venir. L’évocation de cette maladie fait peur, notamment parce qu’elle soulève encore de nombreuses questions. Quelle est l’origine de cette maladie ? Comment la guérir ? Ces questions n’ont pas encore trouvé de réelles réponses et même le diagnostic reste complexe à établir.
Du coup, certains vont jusqu’à remettre en cause l’existence même d’une forme de démence spécifique. Pour eux, la maladie d’Alzheimer en tant que telle, n’existerait pas. Et cette différence d’approche va avoir des répercussions très concrètes sur la manière dont les personnes sont prises en charge et sur leur qualité de vie…

Une enquête de Véronique Fouya et Guillaume Wollner

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK