Les informaticiens indiens et les voitures de société au menu de Questions à la une

Les informaticiens indiens et les voitures de société au menu de Questions à la une
4 images
Les informaticiens indiens et les voitures de société au menu de Questions à la une - © Ridha Ben Hmouda

Pourquoi des sociétés belges font-elles appel à de plus en plus d'informaticiens indiens? Un métier peut-être en pénurie? Est-ce que cela coûte moins cher à l'employeur? Ou encore pour une question de flexibilité? Emmanuel Morimont a tenté de répondre à ces questions depuis la Belgique jusqu'en Inde. La seconde enquête s'est intéressée aux voitures de société, un dossier épineux de plus en plus critiqué. Mercredi 15 avril sur La Une dès 20h15

1 - Pourquoi autant d'Indiens dans la ville?

Une facture de gsm, un article scanné au magasin, un virement bancaire... Derrière tout ça, des ingénieurs indiens travaillent à 8000 km de distance ou peut-être à côté de chez vous. Les grandes entreprises se gardent bien de vous le dire. Pourtant, aujourd'hui, des informaticiens indiens travaillent pour vous. Car, l'inde est le pays du monde qui envoie le plus d'informaticiens en Belgique. En 10 ans, leur nombre a triplé.

Dans quelles conditions travaillent-ils? Pourquoi les faire venir de si loin? Pénurie sur le marché ou réduction des coûts? Quelles conséquences sur l'emploi?

Questions à la une a mis sur le grill plusieurs grandes sociétés belges.

Une enquête d‘Emmanuel Morimont

2 - Voitures " salaires " : qui paie ?

En Belgique, 1 voiture sur 5 est une voiture de société ; un record du monde. Bien souvent, ce véhicule n’a rien d’utilitaire, il est en fait un complément de salaire à peine déguisé. Ces avantages en nature sont moins taxés que les revenus.

Mais à qui profitent vraiment les voitures de société ? Aux entreprises ? Aux employés ? Le fisc n’y perd-t-il pas ? Parfois, ces automobiles servent à masquer des salaires très bas. Un système de plus en plus critiqué. Voitures "salaires" : qui paie ?

C’est une enquête de Michel Toussaint et Jacques Smal.

3 – Tous au boulot jusqu’à 70 ans ?

C’est plus que probable, nous travaillerons bientôt tous jusqu’à 70 ans.

Financièrement, notre système de pensions est complètement déstabilisé par le vieillissement de la population (En 2050, la moyenne d’âge sera de 90 ans pour les hommes et de 95 pour les femmes). Le sauvetage est donc urgent !

La solution ? L’allongement des carrières. Une idée qui passe très mal chez nous, et qui a déjà occasionné grèves et blocage du pays.

Olivier Badart et Nicolas Ceuppens se sont demandé ce que nous réserve l’avenir. Voyage étonnant vers un futur où tout sera mis en place pour que les seniors puissent continuer à travailler et dans lequel ceux qui n’auraient pas de carrière complète seraient remis au boulot par des agences spécialisées. Découvrez déjà ce qui se fait en la matière chez nos voisins français afin de vous faire une idée de ce qui vous attend, et de vous y préparer.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK