Implants mammaires : une bombe dans le corps ?

L’augmentation mammaire fait partie du top 3 des actes de chirurgie esthétique en Belgique, et est la plus répandue dans le monde. Mais est-elle dangereuse pour la santé ? "Questions à la Une" creuse le sujet ce mercredi 16 octobre dès 20h20 sur La Une.

Des femmes, de plus en plus nombreuses, se disent victimes d’une grave maladie. Elles sont persuadées que leurs implants mammaires en sont la cause. Des médecins et scientifiques les soutiennent et affirment qu’elles disent vrai, que le silicone des implants se répand dans le corps et provoque des dommages considérables à l’organisme, sans même qu’il y ait de rupture de la paroi des implants. Les implants seraient en fait de véritables bombes dans le corps des femmes. Toutes les femmes porteuses d’implants mammaires seraient exposées à de graves dangers pour leur santé.

Mais les autorités et les associations de chirurgie plastique refusent de reconnaître l’existence d’une telle maladie. La pose d’implants mammaires est l’acte de chirurgie plastique le plus répandu au monde, avec un taux de satisfaction extrêmement élevé. Reconnaître qu’ils sont dangereux serait une catastrophe pour le secteur. Le débat scientifique sur la question est intense. Et en attendant, de nombreuses victimes portent plainte contre leurs médecins, les fabricants et les autorités.

2 images
Les implants "texturés" dans le collimateur. © webphotographeer / Getty Images

Les implants "texturés" dans le collimateur

Le reportage aborde également une autre question : celles des implants mammaires "texturés", soit les plus utilisés. Ils viennent d’être interdits en France, aux Etats-Unis et en Australie, car reconnus responsable du développement d’un type de cancer qui n’existe que chez les femmes porteuses d’implants. Pourtant, ces implants continuent d’être vendus en Belgique. Les autorités refusent de reconnaître tout lien de causalité entre cancer et implants mammaires.

Enfin, dernière question abordée lors de cette enquête, celle de la responsabilité des autorités européennes. Notre enquête met en valeur un dysfonctionnement majeur dans l’attribution de label "CE" aux implants mammaires. Cette certification européenne permet qu’un produit soit mis sur le marché européen après avoir vérifié qu’il ne représente aucun risque pour la santé. Ces labels sont en réalité attribués aux implants mammaires, pour raisons purement commerciales, sans qu’ils subissent les tests nécessaires à leur mise sur le marché.

Une enquête de Valentin Boigelot.

►► A lire aussi : Les implants mammaires sont-ils source de cancers ?

A suivre dans "Question à la Une" : immersion chez les médecins légistes

La deuxième enquête de la soirée s’aventure dans le monde des médecins légistes en Belgique et vous propose une immersion dans ce monde professionnel si particulier.

Pas une semaine ne passe sans qu’on ne parle dans nos journaux d’une descente sur les lieux du médecin légiste ou d’une autopsie qui devra préciser les causes de la mortMais qui connaît vraiment le quotidien d’un légiste ? Est-il proche ou non de l’image véhiculée par les séries ? Quelles sont leurs motivations ? Quand et comment interviennent-ils ? Saviez-vous que 90% du travail du légiste se passe avec des patients… Vivants ? Pendant une semaine, en région liégeoise et montoise, une équipe de "Questions à la une" a accompagné plusieurs médecins légistes sur le terrain et dans leur salle d’autopsie. Une incroyable plongée dans un monde peu connu avec, on vous rassure, de la retenue… et quelques floutages.

Une immersion de Thomas Rorive et Garry Wantiez à retrouver ce mercredi 16 octobre dès 20h20 sur La Une.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK