10 000 familles quittent Bruxelles chaque année

10 000 familles quittent Bruxelles chaque année
3 images
10 000 familles quittent Bruxelles chaque année - © Tous droits réservés

Les attentats, Molenbeek pointé du doigt, les tunnels qui s’effondrent, un piétonnier décrié… Bruxelles a subi des coups durs ces derniers temps et son image n’en est peut-être pas tout à fait sortie indemne. Chaque année, 10 000 familles quittent Bruxelles et pourtant le nombre d’habitants ne cessent d’augmenter.

Bruxelles, capitale de la Belgique, de la Flandre mais aussi de l’Europe est une ville aux multiples facettes. Agréable à vivre pour certains, Bruxelles présente de gros défauts pour d’autres.

Trop chère, embouteillée et menaçante

Valérie Asnong vient de signer l’acte de vente de sa maison à Jette. Elle a quitté Bruxelles depuis deux ans avec tristesse : "Je suis de Jette. Mes grands-parents étaient de Jette. J’ai été baptisée à Jette. Mes enfants aussi. Je me suis mariée à Jette. Toute ma vie était à Jette. Mais la population a fort changé, la sécurité dans les rues également. Nous avons été victimes d’actes de violence sur nos véhicules. On a eu des carreaux cassés deux fois en trois mois dans un quartier où on croyait être en sécurité. A partir du moment où cette violence et cette insécurité commençaient à s’approcher de mon domicile et de ma vie familiale, ça devenait étouffant."

Ce sont aussi les problèmes de mobilité qui ont convaincu Valérie de déménager : "Là où j’habite maintenant, j’ai énormément de kilomètres à faire. Mais quand à Bruxelles, je vais mettre deux heures pour faire 14 km. Là-bas, je peux faire 100 km sur une journée sans passer deux heures dans ma voiture. Rien que ça, c’est un bonheur." Chaque matin, ce sont 140 000 véhicules de navetteurs qui entrent à Bruxelles et qui engorgent ses artères. Avec ce trafic et ses nombreux chantiers, la capitale belge est une des villes les plus embouteillées d’Europe.

Et puis, il y a le coût de l’immobilier : impayable, exorbitant, excessif. Les qualificatifs ne manquent pas aux Bruxellois contraints de quitter Bruxelles à cause de loyers hors de prix. "70% des Bruxellois payent trop pour se loger. Si on dit qu’1/3 du revenu convient à se loger. Pour 70% des Bruxellois, c’est supérieur à ce montant." confirme Eric Corijn, sociologue et professeur de géographie sociale et culturelle (VUB).

Bruxelles cosmopolite

Si la capitale est fuie par 10 000 familles chaque année, elle séduit toujours et attire de nouveaux arrivants, principalement des étrangers. On compte aujourd’hui près d’1 200 000 habitants à Bruxelles. La première communauté étrangère ce sont les Français avec 62 507 expatriés suivie des Marocains, des Roumains et des Italiens. " Tous les 3 ans, dans les 19 communes, se crée en fait une ville de la taille du grand Louvain. C’est gigantesque. " nous confie Olivier Willocx, Administrateur Délégué de la Chambre de Commerce et Union des Entreprises de Bruxelles (Beci). Cette communauté d’expatriés contribue à créer quelques 40.000 emplois indirects, mais elle est aussi une des causes de l’augmentation du prix de l’immobilier.

 

Pourquoi Bruxelles est une ville autant aimé que décrié ? Pour Questions à la Une, Hervé De Ghellinck et Santos Hevia Garcia vous dressent un portrait de cette capitale en changement: à voir et revoir sur RTBF Auvio, en cliquant juste ici.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK