Pommes de terre aux oignons et bœuf grillé

Les recettes les plus simples sont souvent les meilleures et pour étonner votre tablée, il suffit parfois de réunir quelques ingrédients toujours présents dans une cuisine. Ici, Leslie propose un mode de cuisson des pommes de terre qui change tout : on oublie le bain d’eau bouillante, la vapeur ou la friture et on passe à la cuisson à l’étouffée.

Et l’autre vedette de cet accompagnement, c’est l’oignon qui va ajouter son grain de douceur à une préparation vraiment pas compliquée. Il suffisait d’y penser.

Quelques oignons à peler

Cousin de l’ail et du poireau, l’oignon est probablement la plante alimentaire la plus anciennement cultivée. Consommé partout pendant l’antiquité, il est parmi les premiers à être planté dans les jardins médiévaux. A partir du 19e siècle, il est devenu un ingrédient incontournable de la cuisine française.

Jaunes, rouges ou blancs, il en existe de nombreuses variétés. Mais la vraie différence se fait entre les oignons primeurs, récoltés avant maturité, et les oignons secs, appelés aussi "de garde", récoltés mûrs, lorsque leur feuillage est fané et que le bulbe a bien grossi en terre. Ils constituent la majeure partie de la production européenne. Douces ou corsées, subtiles ou rustiques, leurs très nombreuses variétés présentent de multiples saveurs, mais se différencient surtout par leur couleur.

L’exemple des Roscoff

Parmi toutes les variétés, on en trouve çà et là dont l’histoire vaut bien un petit détour.

Comme celle de l’oignon de Roscoff (Bretagne) qui est un oignon rosé, très doux et sucré, à la fine pelure rose ou cuivrée et à la chair blanche. Il bénéficie désormais d’une AOP (Appellation d’origine protégée), mais a bien failli disparaître sous la pression des cultures industrielles.

Son origine remonte au 17e siècle, lorsqu’un un moine capucin en a semé les premières graines dans les jardins de son couvent, à son retour de Lisbonne.

A cette époque, la ville de Roscoff avait une activité essentiellement liée au commerce maritime et les oignons, riches en vitamine C, étaient un aliment essentiel pour prévenir le scorbut chez les marins. Très vite remarqué pour ses qualités gustatives et sa très longue conservation, la culture s’est développée rapidement dans les environs du port, puis avec d’autres légumes dans les communes avoisinantes avant de connaître un essor à l’exportation en Grande Bretagne où les maraîchers de Roscoff, surnommés les "Johnnies" par les Anglais, allaient vendre leur production conditionnée en tresses, en porte à porte, à pied ou à vélo.

Le phénomène connut son apogée dans les années 20 avec 9000 tonnes vendues outre Manche par près de 1400 Johnnies. Puis, la crise économique des années 1930, la deuxième guerre mondiale, la dévaluation de la livre et le protectionnisme anglais ont conduit au déclin des ventes outre Manche.

Dans les années 90, pour sauver le produit, un groupe de producteurs a décidé de lancer, avec succès, la commercialisation de l’oignon "grappe" de 1 kg, nettoyé et tressé manuellement dans les exploitations par la main-d’œuvre familiale. Ils ont aussi travaillé en vue de protéger le produit par une appellation d’origine contrôlée en fédérant tous les producteurs d’oignons de la zone légumière autour d’un projet d’aire géographique et de cahier des charges digne de l’AOC, puis de l’AOP qui est une réalité depuis 2013.

Pour cette recette, prévoir :

Temps de préparation : 10 minutes – Temps de cuisson : 35 minutes

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 600 gr de steak de bœuf
  • 800 gr de pommes de terre à chair ferme
  • 2 oignons moyens
  • 2 feuilles de laurier
  • 1 branche de thym
  • Sel et poivre du moulin
  • Beurre de ferme salé
  • Salade frisée
  • Vinaigrette

Préparation

  • Peler les pommes de terre et les couper en tranches d’environ 7 mm d’épaisseur.
  • Peler les oignons et les couper en pétales étroits.
  • Dans une sauteuse, faire fondre une noix de beurre et y faire revenir les oignons jusqu’à ce qu’ils soient translucides.
  • Ajouter les pommes de terre et les faire revenir à feu moyen pour qu’elles colorent partiellement.
  • Les retourner une ou deux fois pendant 4 à 5 minutes, saler, poivrer et ajouter le thym et le laurier.
  • Couvrir et laisser cuire à feu doux en remuant de temps en temps jusqu’à ce que les pommes de terre soient tendres.
  • Pendant ce temps, prélever des feuilles tendres de salade frisée, les laver, les essorer et les assaisonner de vinaigrette après les avoir déchirées avec les mains.
  • Cuire les steaks de bœuf dans une poêle bien chaude : les saisir à sec, saler et poivrer.
  • Les retourner une seule fois.
  • Laisser cuire jusqu’au point de cuisson souhaité.
  • Pour le service, vous pouvez ajouter une noix de beurre salé qui va fondre sur le steak bien chaud.

A suivre tous les soirs sur la Une !

Leslie est au rendez-vous de la Une, à 18h25, du lundi au vendredi, juste avant Les pigeons.

En quelques gestes, elle vous montre les étapes pour des repas simples et réussis.

C’est aussi à revoir sur Auvio et à suivre sur les réseaux sociaux !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK