Pourquoi la première nuit dans un lieu inconnu est-elle souvent agitée ?

C’est un phénomène que vous avez sûrement expérimenté au cours de votre vie : souvent, la première nuit passée dans un lieu de vacances ou dans un hôtel est moins réparatrice que celles que vous passez habituellement dans votre lit douillet. Ce phénomène est-il vraiment généralisé ? Et comment l’expliquer scientifiquement ?

Un « effet première nuit »

Pour en savoir plus, des chercheurs ont recruté un certain nombre de volontaires à qui ils ont fait subir toute une série de tests pendant leur sommeil dans un lieu inconnu.

Qu’ont-ils observé ? D’abord, qu’il y avait bel et bien un " effet première nuit " : chez la quasi-totalité des volontaires, ils ont ainsi noté une perturbation accrue du sommeil la première nuit, qu’ils ne retrouvaient pas lors des nuits suivantes.

Ensuite, ils ont examiné ce qu’il se passait exactement dans le cerveau. Et les chercheurs ont décelé chez leurs cobayes un phénomène particulier : leur hémisphère gauche plongeait moins profondément dans le sommeil que leur hémisphère droit. Or, on le sait, l’hémisphère gauche est celui de la logique, de la rationalité et de la vigilance, tandis que le droit est celui de l’émotionnel et de la créativité.

L’hémisphère gauche, notre veilleur de nuit

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que cette veille de l’hémisphère gauche lorsque nous dormons pour la première fois dans un lieu inconnu avait peut-être été héritée de nos lointains ancêtres préhistoriques. Pour rester à l’affût d’un danger potentiel, notre cerveau prendrait ainsi soin de conserver une minuscule parcelle de vigilance, qui se logerait dans l’hémisphère gauche puisqu’il s’agit du côté rationnel.

Et les chercheurs ont même été plus loin : au cours de la nuit, ils ont légèrement stimulé avec des petits bruits l'oreille droite puis l'oreille gauche des volontaires. Ils ont alors constaté que les réactions du cerveau endormi étaient plus marquées lorsqu’ils sollicitaient l'oreille droite, qui est liée à l'hémisphère gauche, plutôt que l'oreille gauche, qui est liée à l'hémisphère droit. L’être humain aurait donc une nécessité atavique de ne dormir que d'un œil lorsqu’il découvre un nouveau lieu, afin de se prémunir en cas de danger et pouvoir réagir.

Voyager avec son oreiller

Mais alors, quelle solution pour ne pas quitter les bras de Morphée lors de votre première nuit de vacances ? Elle est toute simple : plutôt que déplacer votre lit pour l’orienter selon une atmosphère feng shui (un procédé qui n’a pas été validé scientifiquement), les chercheurs conseillent tout simplement de voyager avec son propre oreiller. Son odeur et son contact familiers aideront à atténuer ce phénomène de semi vigilance pour vous faire passer une première nuit plus sereine.

Retrouvez la chronique de Patrice Goldberg dans La Grande Forme sur Vivacité :

Et retrouvez Matière Grise sur Auvio ou en télé tous les mercredis (23h00) sur La Une.

Rediffusions les samedis (9h00) et dimanches (8h30) sur La Une.

Matière Grise, le magazine de la curiosité, qui fait réfléchir sans même y penser !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK