Lutter contre la transpiration excessive grâce au Botox ?

Front luisant, auréoles sous les bras, mains moites…S’il nous arrive à tous de transpirer dans une situation d’effort ou de forte chaleur, certains souffrent malheureusement de sudation excessive en permanence, au point d’en être handicapés dans leur vie quotidienne. Cette surproduction de sueur, aussi appelée hyperhidrose, concerne entre 1 à 3% de la population. Comment l’expliquer ? Et quelles solutions mettre en place pour la traiter ?

 

L’hyperhidrose, un dérèglement du système nerveux

Pour mieux comprendre l’hyperhidrose, il faut d’abord se demander pourquoi nous transpirons. En tant qu’êtres humains, nous avons une température corporelle constante d’environ 37°C, qui doit être maintenue au gré de la température extérieure.

Lorsqu'il fait froid, notre corps grelotte automatiquement pour faire fonctionner les muscles et augmenter la production d’énergie, et donc de chaleur.

Lorsqu’il fait chaud, notre corps se charge de réguler sa température en évacuant de l’eau via la transpiration. Ce phénomène est automatique et inconscient : le cerveau envoie des ordres, via des nerfs spécifiques, à des glandes qu'on appelle les glandes sudoripares qui vont sécréter la sueur.

Malheureusement, ce système bien ordonné peut dysfonctionner chez certaines personnes. Dans ce cas-ci, les fameux nerfs chargés de transmettre l'information vont s’emballer et solliciter en permanence les glandes sudoripares : la personne atteinte d’hyperhidrose va suer en abondance, de façon localisée (visage, mains, aisselles) ou généralisée.

Heureusement, des solutions existent pour en venir à bout !

Traiter l’hyperhidrose

La première consiste bien évidemment à se laver quotidiennement et à utiliser des traitements de première intention tels que les anti-transpirants, qui vont bloquer l’action des glandes. Mais cet effet est malheureusement temporaire et ne traite pas le problème en profondeur.

À l’autre extrême, il est également possible de subir une opération chirurgicale, visant à sectionner les nerfs trop excités et ainsi annihiler la production de sueur. Une telle intervention peut toutefois générer des effets secondaires, en tout cas chez les personnes qui souffrent d’hyperhidrose de façon systémique : si la sudation cesse au niveau des bras et des aisselles par exemple, elle pourra se déplacer au niveau des genoux ou des fesses. C’est donc une option à envisager en tout dernier recours.  

Avant d’y arriver, il existe heureusement d’autres traitements qui ont fait leur preuve. Dans le cas d’une sudation au niveau des paumes et des plantes de pied, votre dermatologue pourra par exemple vous prescrire des séances d’iontophorèse ou ionophorèse. Ce traitement consiste à plonger ses mains dans deux bacs remplis d’eau salée pour recevoir un faible courant électrique, qui va agir sur les canaux sudoripares et diminuer la transpiration. Il faut cependant réitérer ce traitement de façon régulière pour renouveler ses effets.

Venir à bout de la transpiration grâce au Botox ?

Enfin, il existe une autre biotechnologie plutôt étonnante pour contrer la sudation excessive : il s’agit de l’injection de Botox, ou toxine botulique, que l’on connait surtout pour son utilisation en chirurgie esthétique. Mais qu’est-ce que la toxine botulique exactement ? Il s’agit en fait de la toxine sécrétée par la bactérie responsable du botulisme, cette maladie mortelle responsable de paralysies musculaires.

Injecté dans la peau en infime quantité, le Botox devient inoffensif et permet d’effacer les rides en bloquant les influx nerveux chargés de contracter les muscles. Dans le cadre de l’hyperhidrose, ce même Botox peut être injecté, par exemple au niveau des aisselles, pour paralyser les nerfs surexcités et ainsi diminuer la sollicitation des glandes sudoripares. Le hic ? Tout comme en chirurgie esthétique, l’effet du Botox est temporaire et de nouvelles injections sont à prévoir régulièrement pour maintenir les effets.

Retrouvez la chronique de Patrice Goldberg sur La Première :

Et retrouvez Matière Grise sur Auvio ou en télé tous les mercredis (23h00) sur La Une.

Rediffusions les samedis (9h00) et dimanches (8h30) sur La Une.

Matière Grise, le magazine de la curiosité, qui fait réfléchir sans même y penser !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK