Les sportifs gauchers sont-ils meilleurs ?

Minoritaires dans la population, les gauchers, autrefois stigmatisés, continuent de fasciner. Mais quel est le pourcentage exact de gauchers ? Quels sont les avantages et les inconvénients de cette latéralité ? Et qu’est-ce que cela veut dire, au fond, être gaucher ? Explications !

Être gaucher : une proportion qui ne varie pas à travers le temps et l’espace

En toute logique, nous nous doutons bien que le nombre de gauchers est inférieur à celui des droitiers. Mais quels sont les chiffres exacts ? En fait, les chercheurs se sont rendu compte que la proportion de gauchers à travers le monde, quel que soit le continent ou la culture étudiée, est toujours sensiblement identique : ils constituent environ 12-13% de la population. Cette caractéristique ne dépend donc pas d’un critère géographique.

Et les études montrent qu’il n’y a pas non plus de variabilité historique : depuis l’aube de l’humanité connue, on a toujours compté cette même proportion de gauchers dans la population. Qu’est-ce que cela signifie ? Sur le plan de l’évolution, si un caractère aussi minoritaire présentait de gros désavantages, il aurait disparu au fil du temps. Vu que ce n’est pas le cas, il n’est pas forcément désavantageux d’être gaucher.

Forcément gaucher à 100%

Mais qu’est-ce qui distingue vraiment un gaucher d’un droitier ? Leurs cerveaux sont-ils disposés différemment, de manière inversée ? La question se pose, puisque l’on sait que le cerveau est composé de deux hémisphères : l’hémisphère gauche, qui contrôle notre côté droit, et l’hémisphère droit, qui contrôle notre côté gauche.

Le cerveau d’un gaucher serait-il alors le miroir du cerveau d’un droitier ? Eh bien non. Pour rappel, notre cerveau comporte diverses zones, qui gère des fonctions différentes. Parmi elles, il y a par exemple celle du langage. Chez un droitier, elle se trouve dans l’hémisphère gauche. Eh bien dans la plupart des cas, elle se trouve dans le même hémisphère chez les gauchers (même s’il y a des exceptions).

On ne peut donc conclure que le cerveau d’un gaucher est systématiquement un miroir du cerveau d’un droitier. Il faudrait d’ailleurs définir précisément ce que c’est d’être gaucher. Si on parle par exemple de la seule préférence manuelle, le célèbre Rafael Nadal est gaucher quand il brille au tennis mais droitier quand il écrit…

Par ailleurs, certaines personnes seront droitières de la main mais gauchères du pied, ou inversement. Et il faut aussi prendre en compte dans l’équation l’œil dominant. Certaines personnes gauchères seront en effet droitières de l’œil. En fait, la latéralité est un phénomène bien plus complexe que ce que l’on pourrait croire…

Gaucher : avantage ou inconvénient ?

Sur le plan purement statistique, les chiffrent montrent que l’espérance de vie d’un gaucher est plus faible que celle d’un droitier… Leur santé physique serait-elle donc plus fragile ? Pas forcément. En fait, cette statistique est influencée par le fait que nous vivons dans un monde de droitiers. Il est donc beaucoup plus difficile de trouver des outils adaptés aux gauchers, ce qui favorise les accidents domestiques chez les utilisateurs gauchers. Mais leur bonne forme physique n’est pas pour autant à mettre en cause : si vous êtes une personne gauchère, soyez rassurée !

Le fait d’être gaucher pourrait même présenter des avantages dans le monde sportif. Des études ont montré que dans certains sports, notamment de raquette (tennis, tennis de table, badminton), de combat (judo, boxe, …) ou encore l’escrime, il y a davantage de gauchers parmi les meilleurs joueurs au monde que leur proportion dans le reste de la population. Pourquoi ? D’abord parce que les athlètes droitiers sont plus habitués à affronter d’autres droitiers : il y a donc un effet de surprise qui joue en faveur des gauchers.

Un meilleur traitement de l’information

Mais il existe aussi une autre explication à ce phénomène, à chercher du côté du cerveau. D’après certaines recherches, dans les sports exigeant une certaine dextérité, la configuration idéale c’est en fait d’être gaucher avec l’œil droit dominant. Pourquoi ? Nous l’avons dit, il y a deux hémisphères dans notre cerveau, le gauche et le droit. L’hémisphère droit dirige notre main gauche et, par ailleurs, l’une de ses fonctions parmi d’autres c’est de gérer l’espace et le mouvement.

Or, comment sont gérés nos yeux par notre cerveau ? Contrairement à nos mains, ils ne le sont pas de manière croisée. Notre œil droit est ainsi directement lié à notre hémisphère droit. Que se passera-t-il alors si vous êtes gaucher avec un œil dominant droit ? L’information principale qui vient de votre œil droit arrivera directement dans votre hémisphère droit, spécialisé dans le mouvement et dans l’espace, et qui gère votre bras gauche. Ce qui vous offrira un avantage de quelques millisecondes dans le traitement de l’information par rapport à n’importe quelle autre configuration. Et à un très haut niveau de compétition, ces quelques millisecondes peuvent faire toute la différence…

Retrouvez la chronique de Patrice Goldberg dans La Grande Forme sur Vivacité :

Et retrouvez Matière Grise sur Auvio ou en télé tous les mercredis (23h00) sur La Une.

Rediffusions les samedis (23h00) et dimanches (8h30) sur La Une.

Matière Grise, le magazine de la curiosité, qui fait réfléchir sans même y penser !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK