Le lait maternel peut-il immuniser contre la Covid-19 ?

Une chercheuse belge, le professeur Valérie Verhasselt, étudie les liens entre allaitement et Covid-19 à l’université de Perth, en Australie. Si de premiers résultats rassurants ont démontré qu’il n’y avait pas de risque de transmission du virus lors de l’allaitement, la chercheuse et son équipe souhaitent désormais se pencher sur le possible pouvoir immunisant du lait maternel.

1 images
Le lait maternel peut-il immuniser contre la Covid-19 ? ©  Valuavitaly - Freepik

Aucun cas de Covid-19 transmis via le lait maternel à ce jour

Les résultats des premières recherches ont de quoi rassurer les mamans ou futures mamans : si du fragment de virus était présent dans le lait d’une mère infectée par la Covid-19, une étude réalisée sur 38 échantillons a montré que ce type de fragment n’était pas capable d’infecter les cellules.

Le lait d’une mère infectée pourrait mieux protéger le bébé…

La contamination du bébé par la mère infectée reste néanmoins possible par la voie orale. C’est pourquoi la chercheuse belge et son équipe souhaitent approfondir leurs études, à partir d’une série d’échantillons de lait maternel infecté ou non.  

Le postulat du professeur Valérie Verhasselt, c’est que le bébé allaité par la mère infectée sera mieux protégé.

Pourquoi ?

Parce qu’une fois contaminée, la mère produit des anticorps qui vont vraisemblablement migrer dans les glandes mammaires, pour ensuite tapisser la bouche, le tractus digestif et les voies respiratoires de l’enfant, le protégeant ainsi de l’arrivée du virus. Si des études ont déjà démontré que des anticorps étaient bien présents dans le lait, il reste encore à déterminer s’ils sont réellement impliqués dans la protection contre la Covid-19.

Une maman qui est infectée, est-ce bien qu'elle allaite ? Probablement. Mais il faut renforcer cette croyance par des faits ", dit Valérie Vehasselt.

…tout comme celui d’une mère non infectée…

Et ces propriétés protectrices pourraient également concerner le lait des mères non infectées. Car comme on le sait déjà, le lait est loin d’être seulement nutritif : il contient des millions de molécules aux rôles et bienfaits multiples, qui peuvent interférer avec l’entrée d’un virus dans le corps, sans qu’il faille d’anticorps spécifiques à ce virus. Les facteurs de croissance, des molécules qui agissent sur la croissance des cellules, vont ainsi renforcer la barrière épithéliale au niveau respiratoire, empêchant mécaniquement le virus d’entrer et de se fixer.  

…y compris après l’allaitement

Cette protection pourrait perdurer une fois l’allaitement terminé car le lait, en plus des effets à court terme, influence le développement du système immunitaire et le rend plus performant face aux maladies infectieuses. Mais cette hypothèse reste encore à prouver dans le cas précis de la Covid-19. Pour la confirmer, la chercheuse se penchera sur les fameuses particules virales (en l’occurrence de l’ARN) non infectieuses qui se trouvent dans le lait de mère infectée, et qui pourraient activer le système immunitaire de l’enfant pour agir comme une sorte de vaccination naturelle, les anticorps générés agissant alors comme une armée dans les voies respiratoires et les voies digestives pour bloquer l’entrée du virus.

Quid des mères vaccinées ?

L’Australie étant largement épargnée par la Covid-19 suite à des mesures drastiques, c’est aux États-Unis, à San Diego, qu’ont lieu les études les plus larges sur le lait des mères infectées et/ou vaccinées. Les résultats obtenus là-bas seront ensuite mis en commun avec les travaux de Valérie Verhasselt ainsi que ceux d’une équipe à Madrid, afin d’obtenir les informations les plus complètes possibles.

" La fonction numéro un du lait maternel c'est prévenir les maladies infectieuses. Si on allaite un peu plus à travers le monde, on estime pouvoir sauver un million de vies d'enfants par an, ce qui est énorme au niveau santé publique ", poursuit la chercheuse belge.

Une protection qui pourrait également profiter aux personnes âgées ?

Jusqu’où peuvent mener ces recherches ? Aux Pays-Bas, un chercheur propose carrément d’utiliser sur des personnes âgées le lait produit en excès par des femmes infectées, soit sous sa forme première soit purifié, afin de prévenir l’apparition de formes sévères de la maladie. Est-ce une voie à suivre ? Ou est-ce exagéré ?

En tout cas, on n’en est pas là. Car cette proposition élargie doit d’abord passer le cap de la validation scientifique...

 

Retrouvez Matière Grise sur Auvio ou en télé tous les mercredis (23h00) sur La Une.

Rediffusions les samedis (9h00) et dimanches (8h30) sur La Une.

Matière Grise, le magazine de la curiosité, qui fait réfléchir sans même y penser !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK