La vérité sur la procréation : quand l’ovule sélectionne son spermatozoïde

Lorsque l’on veut expliquer le processus de procréation à un enfant, c’est souvent la même petite histoire qui revient : le papa plante une petite graine dans le ventre de la maman. Si cette image semble toute naturelle et innocente, elle véhicule sans qu’on s’en rende compte un stéréotype qui peut influencer notre vision du masculin et du féminin : l’homme est un être actif, tandis que la femme est un être passif. Et si, scientifiquement, cela se passait tout autrement ?

L’ovule, gardien actif de la forteresse

Dans notre imaginaire, les spermatozoïdes éjectés lors de l’éjaculation se lancent dans une course effrénée à la conquête de l'ovule, chacun espérant arriver le premier. À la manière de chevaliers servants sur leur fougueux destriers, ils s’empresseraient d’atteindre la princesse endormie qu’est l’ovule pour l’embrasser et la délivrer. L’image véhiculée est simple : d’un côté le masculin agit, de l’autre, le féminin attend passivement…

Pourtant, la réalité biologique est tout autre : lorsque les spermatozoïdes arrivent dans le corps de la femme, ils rencontrent notamment des cellules du système immunitaire. Or, ce système de défense a pour rôle de trier les nouveaux arrivants et d’éjecter les intrus. Que va-t-il faire face à cet afflux de visiteurs ? Sans transiger, il va détruire des millions de spermatozoïdes inadaptés, opérant ainsi une première sélection.

Et ce n’est pas tout : l’ovule va également envoyer un certain nombre de messages chimiques aux spermatozoïdes pour les orienter dans leur voyage. Ces messages sont codés, afin que seuls les spermatozoïdes compatibles puissent les déchiffrer et parvenir jusqu’à l’ovule.  À nouveau, on voit que le corps de la femme se montre bien plus actif et sélectif qu’on pourrait le croire.

La fécondation : une fusion active entre deux cellules

Une autre idée reçue qui a la vie dure se révèle tout aussi inexacte sur le plan scientifique : on pense souvent que le premier spermatozoïde à atteindre le cœur de l’ovule est celui qui remportera le graal de la fécondation ; on en revient à l’image de la " petite graine " du papa qui va féconder la " terre " de la maman.

À nouveau, il n’en est rien : d’abord, le processus de fécondation implique bien deux cellules (le spermatozoïde et l’ovule) qui fusionnent et sont tout aussi actives l’une que l’autre. Ensuite, les premiers spermatozoïdes à parvenir jusqu’à l’ovule le sont généralement une demi-heure environ après l’éjaculation. Or, on sait que la fécondation en tant que telle se fait en réalité plusieurs heures plus tard : les premiers arrivés ont donc très peu de chance d’être ceux qui seront choisis pour cette fusion, et donc cette fécondation.

Le processus de fécondation implique bien deux cellules -le spermatozoïde et l’ovule- qui fusionnent et sont tout aussi actives l’une que l’autre.

Les spermatozoïdes n’ont pas le monopole de la compétitivité

Enfin, on perçoit souvent cette course à l’ovule comme une compétition acharnée qui a lieu seulement entre spermatozoïdes, en associant ainsi la masculinité à la combativité. Mais l’on sait peu que cette combativité se retrouve tout autant du côté de la femme : le même genre de sélection préside chaque mois à la période de l’ovulation. Dans l’ovaire de la femme se trouvent en effet de nombreux follicules candidats pour devenir ovule, mais seulement l’un d’entre eux sera sélectionné et envoyé vers l’utérus.

Trop peu connues, ces informations scientifiques permettent de déconstruire notre vision de la société : car en renversant les représentations classiques du masculin actif et du féminin passif, nous pouvons modifier les comportements sociaux et les relations entre les sexes qui en découlent.

Retrouvez la chronique de Patrice Goldberg dans La Grande Forme sur Vivacité :

Et retrouvez Matière Grise sur Auvio ou en télé tous les mercredis (23h00) sur La Une.

Rediffusions les samedis (23h00) et dimanches (8h30) sur La Une.

Matière Grise, le magazine de la curiosité, qui fait réfléchir sans même y penser !

À LIRE AUSSI

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK