La gratitude est bonne pour notre cœur

Comment prévenir les maladies cardiovasculaires, qui restent la première cause de mortalité en Belgique ?  On le sait, la pratique d’un sport et une bonne hygiène de vie générale sont essentielles pour améliorer la santé de notre cœur.  Mais il existe une autre astuce toute simple et beaucoup plus étonnante pour en prendre soin : la gratitude.

L’importance de la variabilité cardiaque

Pour mieux comprendre, il faut d’abord se pencher sur la façon dont fonctionne le rythme cardiaque, et plus précisément la variabilité cardiaque. Lorsque l’on prend son pouls au repos, il se situe entre 50 et 90 battements par minute. Si votre cœur bat par exemple 60 fois par minute, vous pourriez en déduire qu’il y a un battement par seconde.

Mais le cœur n’est pas réglé comme une horloge ; en réalité, il y a une variabilité entre deux pulsations : il peut tantôt y avoir un intervalle d’un peu moins d’une seconde, tantôt un peu plus. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette variabilité de fréquence cardiaque est positive : elle indique en effet que notre système cardiaque fonctionne comme il faut.

Pourquoi ? Parce que cela signifie que les deux parties de notre système nerveux central sont en bon état de marche et dialoguent correctement : l’une (qui accélère le rythme) s’active lorsque l’autre (qui le freine) se met en repos, et vice-versa, favorisant ainsi cette variabilité du rythme cardiaque. A contrario, une faible variabilité cardiaque est plutôt mauvais signe, car elle peut annoncer des problèmes de cœur à moyen ou à long terme.

Exprimer de la gratitude augmente notre variabilité cardiaque

Mais quel est le lien avec la gratitude ? Des chercheurs américains ont réalisé une étude pour étudier un possible lien entre notre santé cardiovasculaire et l’expression de ce sentiment de reconnaissance.

Pour ce faire, ils ont recruté un certain nombre de volontaires qu’ils ont bardés de toute une série de capteurs. Ils les ont ensuite scindés en deux groupes. Dans le premier, outre des questions banales pour noyer le poisson, ils ont demandé d’exprimer de la gratitude, quel que soit son objet : ce pouvait être envers un ami, un membre de la famille, un collègue ou tout simplement une belle journée ensoleillée. En revanche ils n’ont rien demandé de tel au deuxième groupe.

Qu’ont-ils constaté ? Dans le groupe qui avait exprimé de la gratitude, la variabilité de la fréquence cardiaque était significativement plus élevée que dans l'autre groupe. Conclusion, la gratitude permettrait donc d’améliorer cette variabilité et, in fine, la santé de notre cœur.

…et diminue le niveau des marques inflammatoires

Les chercheurs ont même été plus loin : au cours d’une deuxième étude, ils ont prélevé le sang d’un groupe de volontaires, afin d’y analyser la quantité de biomarqueurs inflammatoires. Car plus il y en a, plus le patient risque de développer des problèmes cardiovasculaires. Puis les scientifiques ont à nouveau scindé les volontaires en deux groupes : dans le premier ils leur ont demandé de tenir pendant deux mois un journal de gratitude. Ceux du groupe 2 pouvait poursuivre normalement ses activités pendant le même laps de temps.

Deux mois plus tard, les deux groupes ont subi une nouvelle prise de sang. Quel a été le résultat ?  De façon similaire à la première étude, les chercheurs ont constaté une baisse du niveau des marqueurs inflammatoires chez le groupe qui avait exprimé de la gratitude, et aucune différence notable dans le deuxième groupe. Cet état d’esprit positif aurait donc un véritable effet bénéfique sur notre santé.

Alors n’hésitez plus : dites merci, du fond du cœur !

Retrouvez la chronique de Patrice Goldberg dans La Grande Forme sur Vivacité :

Et retrouvez Matière Grise sur Auvio ou en télé tous les mercredis (23h00) sur La Une.

Rediffusions les samedis (9h00) et dimanches (8h30) sur La Une.

Matière Grise, le magazine de la curiosité, qui fait réfléchir sans même y penser !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK