Asma Boutjat, Ambassadrice des Sciences 2021 : « Je veux montrer une image positive, féminine et attrayante des métiers scientifiques »

Nous vous présentions il y a quelques mois les quatre candidates au titre d’Ambassadrice des Sciences 2021 : cette dernière est désormais connue ! Il s’agit d’Asma Boutjat, élue dans le cadre de la campagne WATS (Women Award In Technology and Science) créée par Innoviris pour donner une meilleure visibilité aux femmes dans les filières scientifiques. La jeune femme, technologue de laboratoire à l’Institut de Duve UCLouvain, revient pour nous sur son parcours et ses ambitions en tant que nouvelle Ambassadrice des Sciences.

Une rencontre déterminante

En tant que technologue dans un laboratoire de recherche, son métier depuis 12 ans, Asma Boutjat apporte un support technique à une équipe de chercheurs : "Je fais des expériences pour eux. Je fais des manipulations. J'exprime des protéines pour pouvoir les aider à avancer dans leur recherche. C'est vraiment alléger la charge des expériences pour les chercheurs qualifiés."

Un métier technique de grande précision, qui peut s’exercer dans des domaines scientifiques variés : "En sortant d'une école diplômée comme technologue de laboratoire, je peux me trouver dans n'importe quel laboratoire, que ce soit un laboratoire de recherche, un laboratoire dans un hôpital pour faire des dosages sanguins, ou un laboratoire spécialisé en virologie, en microbiologie ou encore en anatomie pathologique. Technologue, c'est vraiment quelqu'un qui est là pour utiliser ses mains et pour faire des expériences avec ses mains."

Pourtant, au départ, la jeune lauréate ne se prédestinait nullement à exercer un métier scientifique, qu’elle imaginait hors de sa portée.

Quand j'étais jeune, ne me voyais pas du tout dans un laboratoire. Ce n'était pas du tout une image que j’avais de mon avenir (…) J’avais vraiment l'impression que c'était un métier un peu réservé à des personnes super intelligentes, super douées. 

C’est la rencontre et des échanges avec son professeur de biologie, au cours de sa scolarité, qui va bouleverser sa vision des choses. En lui transmettant sa passion, il l’a aussi aidée à imaginer un autre avenir professionnel.

" Je me suis rendu compte que c'était vraiment l'idée d’être dans un laboratoire qui m'intéressait et d'observer les choses comme lui nous les montrait. Parce que c'est à travers l'observation qu'on apprend la biologie. C'est vraiment grâce à une rencontre, un échange d'amour pour ce métier. Et je me suis dit pourquoi pas ? Et voilà, j'y suis arrivée ! "

Une mission essentielle

Asma Boutjat a donc bien conscience de l’importance des rencontres et de la pédagogie pour ouvrir de nouveaux horizons aux jeunes filles qui n’osent peut-être pas encore y croire. À son tour, elle souhaite transmettre sa passion et aller à leur rencontre dans les classes dès la première secondaire, pour leur faire découvrir son métier et surtout leur faire comprendre que tout est possible.

Pour parvenir à ses fins, elle compte bien se servir de sa propre expérience et utilisera la communication comme fil rouge : "J'ai vraiment envie de casser cette barrière-là, de discuter avec ces jeunes filles et de leur expliquer qu'il y en a vraiment pour toutes les personnalités, celles qui ont envie de faire plusieurs études après le secondaire ou celles qui ont envie de faire un cycle court."

On a le droit de rêver, on a le droit d'accéder à ses rêves.

À travers des ateliers, des jeux et surtout des " discussions franches ", elle veut " leur montrer une image positive, féminine et attrayante du métier scientifique ".

"Ce qui est important, c'est vraiment d'essayer de croire en ses rêves. Et il n'y a rien qui est impossible. C'est vraiment cela que je vais privilégier comme message d'espoir. On a le droit de rêver, on a le droit d'accéder à ses rêves. Surtout ici en Belgique, on a vraiment de la chance parce que les études sont vraiment accessibles à tous. Et si on peut motiver certaines jeunes filles, certains talents cachés, alors j'en serai ravie ! "

Il y a en effet un combat à mener alors que nos filières scientifiques totalisent seulement 20% d’étudiantes en secondaire et 35% d’étudiantes universitaires, une sous-représentation qui touche bien plus la Belgique que les autres pays européens. Avec une telle ambassadrice, les choses pourraient bouger…

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site d’Innoviris.

Découvrez Asma Boutjat, l’Ambassadrice des Sciences 2021, sur la page Facebook de Matière Grise :

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK