Les Trophées des Belges du Bout du Monde 2019 : les lauréats sont...

Les Trophées des Belges du Bout du Monde 2019 : les lauréats sont...
8 images
Les Trophées des Belges du Bout du Monde 2019 : les lauréats sont... - © SARAHPIERSON

Les Trophées des Belges du Bout du Monde étaient de retour pour une quatrième édition et récompensaient celles et ceux qui font la renommée de la Fédération Wallonie-Bruxelles à l’étranger en y travaillant et en s’investissant dans des initiatives novatrices et émergentes. Ces "Belges du bout du monde", qui font souvent des merveilles à l’étranger, participent à la promotion de l’image de la Belgique dans le monde. Trois domaines étaient représentés : innovations (économique et/ou technologique) - culture et art de vivre - solidarité.

Voici les 3 projets sélectionnés après les votes des auditeurs, internautes et délibérations de nos différents jurys…

Catégorie « Innovations technologique et/ou économique »

Le prix "Innovations" récompensait une société belge ayant investi à l’étranger pour y créer de l’emploi et/ou de la valeur ajoutée ayant des retombées positives dans le pays où elle est implantée ou un individu/une start-up ayant développé un projet technologique novateur visant à l’amélioration du bien-être de l’humanité.

Antoine Thys avec "Ondanova surfboards" (Portugal) 

Sensibiliser les surfeurs aux problèmes liés à la pollution marine.

Depuis 3 ans, Antoine est installé au Portugal, à Lisbonne, où il fabrique des planches de surf en bois. En se basant sur des techniques de construction navale, il a mis au point un procédé qui permet de construire des planches creuses et donc très légères. Elles remplacent parfaitement les planches en mousse et polyuréthane, et viennent ainsi à bout d’une des plus grandes problématiques pour les surfeurs : choisir entre l’amour de l’océan et de la nature et l’achat de produits très polluants et difficiles à recycler.
En plus de fabriquer les planches, Antoine organise également des ateliers durant lesquels les participants apprennent cette technique de construction et fabriquent leur propre planche 100% personnalisée. Au bout de 3 jours de travail intense, ils rentrent chez eux avec leur nouvelle planche de surf écologique.
Antoine travaille en alliant des techniques modernes de design sur ordinateur avec des techniques relevant de la menuiserie traditionnelle. Il essaye de sensibiliser les surfeurs aux problèmes liés à la pollution marine et de casser les préjugés qui persistent autour des matières nobles comme le bois en comparaison aux matières plus modernes et souvent beaucoup plus polluantes.
Son public est international : il organise ses workshops au Portugal, en France, bientôt en Suisse et en Belgique bien sûr !

Site internet
Facebook
Instagram

Catégorie « Culture et Art de Vivre »

La catégorie "Culture et Art de Vivre" récompense un artiste, une œuvre, une initiative favorisant les échanges entre la Belgique et l’étranger ou mettant en valeur la mode, l’architecture ou la gastronomie belge à l’étranger, tout en privilégiant les échanges avec les populations locales.

Gauthier Lagasse avec " BELGO – The Belgian Craft Beer Brewery " (Vietnam)

Offrir une expérience belgo-belge au travers de leurs bières et autres spécialités culinaires à Saigon et être très fier d’être belge. 

En 2011, Gauthier et son épouse, installés à Bruxelles, décident de tout quitter pour aller travailler et vivre à l’étranger, là où ça bouge, en Asie ! En 2013, ils débarquent donc à Saigon au Vietnam, où Gauthier trouve un poste dans une entreprise franco-vietnamienne d’import et de distribution de marques connues. 

Un soir, Gauthier parle à ses collègues de son affection pour la bière et une idée le frappe : faire de la bière belge au Vietnam ! Il n’y connaît concrètement rien mais ses tripes lui disent de creuser. Il commence donc à s’intéresser au sujet, visite une brasserie en Belgique et en parle à François, un ami belge, lui aussi basé à Saigon, qui deviendra le co- fondateur du projet. L’idée paraît simple : faire de la bière belge au Vietnam, dans le respect de nos traditions et ouvrir un restaurant belge dans le centre de la ville qui serait la vitrine de notre savoir-faire. 

En Janvier 2016, les choses se mettent en place. Gauthier et François achètent une vieille brasserie en Belgique, qu’ils démontent et transportent ensuite jusqu’à Saigon, pour la remonter à l’identique avec l’aide de techniciens belges. Malheureusement, les difficultés s’enchaînent tant au niveau technique que légal et administratif. Ils ouvriront néanmoins le Belgo, leur restaurant, au mois de novembre : 200 places assises dans un bâtiment entièrement retapé à l’ambiance d’une vraie brasserie belge ! Le restaurant est ouvert mais la brasserie (fabrication de la bière) n’est toujours pas opérationnelle jusqu’à ce qu’ils croisent la route de Gert, maître brasseur belge vivant déjà au Vietnam, et d’Adam, chef cuisinier belge fraîchement arrivé ! Tandis qu’Adam créé un menu aux vrais accents belges, Gert finalise la mise en activité de la brasserie et c’est au mois de mai 2017 qu’ils savourent enfin leur première bière belge Belgo, made in Vietnam ! Aujourd’hui, ils s’apprêtent à ouvrir un second pub et la brasserie tourne à plein régime (leur bière est présente dans plus de 150 lieux). Au niveau national, ils travaillent avec une chaîne de supermarchés et commencent à exporter en Thaïlande et au Cambodge. Ils comptent actuellement 72 employés et devraient passer la barre de la centaine d’ici la fin de l’année. 

D’un point de vue social, ils engagent une grande partie de leur personnel via une ONG qui s’occupe de sortir les jeunes de la pauvreté grâce à l’obtention d’un emploi stable (LP4Y). Ils ont aussi mis au point le " Belgo Impact Program " dont l’objectif est d’offrir des " outils " nouveaux et variés aux membres du personnel (formations professionnelles régulières, cours d’anglais, coaching, cours de gestion des finances personnelles, ...). Ce programme comporte également un volet environnemental appelé " Grow Green ", qui a pour but de sensibiliser leurs équipes aux problèmes écologiques (www.growgreenvietnam.com). 

• Site internet 
Facebook 
Instagram

Catégorie « Solidarité »

Le prix " Solidarité " vise à récompenser un projet concret qui participe à la construction d’un monde meilleur et d’une société plus juste.

Marie-Pierre Lissoir avec l’exposition "Voices of the Wind" (Laos) 

Préserver et célébrer les instruments traditionnels des minorités du Laos. 

Marie-Pierre occupe depuis 4 ans le poste de chercheuse et curatrice d’exposition à TAEC (Traditional Arts and Ethnology Centre), un petit musée d’ethnologie indépendant situé à Luang Prabang et dont le but est de mettre en lumière, célébrer et sauvegarder les cultures et traditions des minorités ethniques du Laos (le pays compte 49 groupes minoritaires). Le but du musée est donc de valoriser les savoirs de ces populations et les partager avec les visiteurs étrangers ainsi que les habitants locaux. C’est dans ce contexte qu’elle organise, en septembre 2018, l’exposition " Voices of the Wind " consacrée aux instruments à vent traditionnels du Laos. Deux ans de travail ont été nécessaires pour monter cette exposition unique. 

L’ensemble des données récoltées et utilisées pour l’exposition (photos, vidéos, enregistrements, interviews) ont été collectées par l’équipe du TAEC (principalement son collègue et elle-même) au cours d’une série de recherches de terrain menées dans près d’une vingtaine de villages, habités par les membres de huit groupes ethniques. Ils ont collaboré, de manière informelle, avec le MIM de Bruxelles, par un échange de données (collecte d’instruments du Laos pour le MIM contre don de photos d’instruments à TAEC). 

Une fois l’exposition en place, ils sont retournés dans les principaux villages enquêtés, pour une phase de " rapatriement des données ". Le projet ayant pour but non seulement de sauvegarder des pratiques musicales, mais aussi de valoriser ses acteurs. Les habitants des villages ne pouvant pas, pour la majorité, se rendre à TAEC, il a été décidé de pousser les murs du musée en organisant une exposition itinérante avec panneaux et instruments à essayer, une projection des vidéos tournées lors des enquêtes de terrain, et un concert donné par les musiciens locaux. Ils ont pu, par cette phase, partager les savoirs collectés mais aussi et surtout reconnecter les musiciens (souvent âgés) 

et la jeune génération. Des DVDs, livrets et cartes SD avec les données récoltées ont également été distribuées dans les villages afin de donner aux musiciens de nouveaux outils de transmission des savoirs musicaux. Au cours de ce projet, Marie-Pierre a pu voir des enfants s’intéresser pour la première fois aux instruments traditionnels. Beaucoup d’anciens, voyant l’intérêt des plus jeunes, ont repris espoir et souhaitent de nouveau transmettre leurs savoirs liés à la musique, même si les mécanismes traditionnels d’apprentissage sont aujourd’hui bien différents. 

Site internet
Facebook 
Instagram 
 

Les 3 lauréats : Gauthier Lagasse, Marie-Pierre Lissoir et Antoine Thys

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK