Les bons plans "patrimoine" de Guy Lemaire dans les Marolles

Les bons plans "patrimoine" de Guy Lemaire dans les Marolles
2 images
Les bons plans "patrimoine" de Guy Lemaire dans les Marolles - © Tous droits réservés

Guy Lemaire sait raconter avec brio l’histoire de ce quartier bruxellois populaire , né au Xeme siècle pour se développer petit à petit et accueillir toute une série de métiers, rappelés par le nom des rues actuelles. Guy Lemaire sait aussi s'entourer : il a convié "Le Grand Jojo", un vrai « ketje » des Marolles. L'alchimie de cette rencontre est détonante !

Rendez-vous avec "Le Grand Jojo"

Le Grand Jojo s’appelle en réalité Jules-Jean Van Obbergen; né le 6 juillet 1936 dans un milieu populaire.

" Mon grand-père habitait rue des Tanneurs; mon père est né là, dans les Marolles. Dans ce quartier, je m’amuse souvent à regarder toutes les maisons où une petite plaque bleue indique "Eau et gaz à tous les étages".

 

 

 

Un peu d'histoire

Bruoscella voit le jour en 997 au milieu des marais. En 1134, sur les lieux qui deviendront le quartier des Marolles se construit une chapelle dédiée à Notre-Dame bientôt entourée de quelques maisons d’artisans. A un kilomètre de là, le long d’une ancienne voie romaine, s’établit une léproserie. Les jalons du quartier des Marolles sont posés avec d’une part ce qui deviendra l’église Notre-Dame de la Chapelle et d’autre part ce qui deviendra l’hôpital Saint-Pierre. Entre les deux, le diverticulum, aujourd’hui rue Haute.

Au 14e, de  nombreux petits métiers s’installent dans le quartier, rappelés par le nom des rues actuelles : rue des Tanneurs (près de la Senne), Orfèvres, Chaisiers, Brodeurs, Charpentiers…

Historiquement, c’est au 19ème siècle que "La Marolle", petit quartier situé au-dessus de la rue Haute, devient par extension géographique, "Les Marolles", connu de tous pour son marché aux puces et ses antiquaires.

 

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK