Les bons plans "patrimoine" de Guy Lemaire à Maredsous

L’ABBAYE DE MAREDSOUS
3 images
L’ABBAYE DE MAREDSOUS - © Tous droits réservés

L’ABBAYE DE MAREDSOUS

En 1872, l’industriel tournaisien Henri-Philippe DESCLÉE achète une propriété à Denée, il s’agit du château-ferme se trouvant au pied du versant ouest du plateau du Scrépia. L’idée est de le transformer en un prieuré, avec l’aide de l’homme d’affaire de la famille, Victor MOUSTY qui contacte dom Hildebrand (né Félix) de HEMPTINNE, originaire de Gand et moine à Beuron (Allemagne) avec qui il est zouave pontifical avec Jules DESCLÉE, l’un des fils d’Henri-Philippe. Tous appartiennent au milieu ultramontain et souhaitent restaurer le monachisme en Belgique. La générosité des Desclée est intéressante et suite au Kulturkampf de Bismark, la situation des moines est précaire en Allemagne : ce prieuré, voire une abbaye pourrait servir de refuge en cas d’expulsion !

Le hameau de Denée nommé " Maredsous ", du nom d’un village disparu à la fin du XVIIe siècle, est tout indiqué, seuls demeurent un château-ferme et un moulin. C’est tout spécialement le plateau du Scrépia, vaste espace aride et rocailleux, planté d’arbuste et surplombant la vallée de la Molignée, qui semble propice à l’érection d’un vaste complexe monastique…

L’abbaye nait lors de la signature de l’acte de fondation, le 15 août 1872. Les Desclée mettent leur château avec potager et pâture pour deux vaches à disposition de la communauté monastique. Au même moment commence la conception et la réalisation des plans de l’abbaye par l’architecte courtraisien Jean-Baptiste BETHUNE, initiateur du style néo-gothique en Belgique, catholique pratiquant et ultramontain. Pour l’abbaye de Maredsous qui sera l’un de ses chefs-d’ œuvres, il créera presque une œuvre totale, de la serrure de porte à l’armoire, du retable d’autel aux lits, des argenteries sacrées au buffet d’orgues… Venant d’Allemagne, les premiers religieux arrivent le 15 octobre 1872 et s’installent au château.

Les plans sont rapidement dressés et la première pierre posée le 20 mars 1873. Béthune s’inspire d’anciennes abbayes cisterciennes anglaises du XIIIe siècle et de celle de Villers-la-Ville en Belgique. 2 carrières sont ouvertes à proximité et on comptera jusqu’à 200 ouvriers, dont 125 tailleurs de pierre, sur le chantier. La première phase comprend l’aile sud et le réfectoire des moines (qui servira d’église provisoire). C’est ainsi que le 29 juin 1876, les moines quittent le château Desclée pour s’installer à Maredsous. On entame en 1877 la construction de l’église abbatiale qui sera ouverte au culte en 1881. Entretemps, le prieuré a été érigé en abbaye par le pape Léon XIII, le 8 mars 1878.

En même temps que l’église, les autres ailes du cloître s’élèvent. La tour sud de l’abbatiale est achevée en 1881 et la dédicace a lieu le 19 août 1888. La seconde tour ne sera achevée qu’en 1891 quant à la 3e, celle qui devait couvrir la croisée du transept, elle ne sera jamais édifiée. En 1890, l’abbaye est terminée, y compris sa décoration intérieure à grand renfort de peintres géométriques et d’inscriptions latines. De son côté, l’église est somptueusement aménagée : autels, orgues, chaire, stalles, statuaire, vitraux, lutrins et pupitres… tout concourt au style néo-gothique si cher à l’architecte Bethune qui, hélas, du côté peintures murales échouera : les moines de Beuron imposeront leur style peu amène avec celui de l’abbatiale, seul les encadrements seront imposés par Bethune.

Au début des années 1950, les moines de Maredsous seront les chantres d’un renouveau liturgique souhaitant rapprocher les fidèles des moines ; en 1956-57, l’architecte Roger Bastin tend à supprimer la verticalité de l’abbatiale en imposant des horizontales, au détriment du mobilier néo-gothique qui sera vite presque intégralement supprimé (hormis quelques autels latéraux et les vitraux). Les murs seront blanchis… Les aménagements des années 50 seront revus en 1988 : de nouvelles modifications atténueront ce que l’intervention précédente avait de téméraire, voire d’excessif dans son modernisme.

Rue de Maredsous 11 – 5537 DENÉE (Anhée)

+32 (0)82/698211 - http://www.maredsous.be/

LE COLLÈGE SAINT-BENOIT

Peu après la fondation de l’abbaye, le collège voit le jour, le 3 novembre 1881, dans la tradition bénédictine, visant alors principalement à l’éducation chrétienne. Les 8 premiers élèves auront cours dans une annexe de l’abbaye servant alors de forge et d’ateliers (à droite de la façade principale actuelle de l’abbaye). Sa création est destinée à donner du travail à plusieurs moines et frères. C’est en 1883 que s’ouvre le chantier du collège proprement dit, sur les plans de Jean-Baptiste Bethune et l’avis de dom Hildebrand de Hemptinne. Le collège est inauguré en 1884 et entièrement terminé 2 ans plus tard.

En 1909, un projet de salle de sports est demandé à Victor Horta, mais ce sera finalement Pierre Langerock qui construira cette salle en 1910-1912. La salle de gymnastique et des fêtes sera couronnée d’un bâtiment moderne en 1983, à usage d’internat des grands. Originellement fréquenté uniquement par des garçons de la noblesse et de la grande bourgeoisie, l’école accueille aujourd’hui plus de mixité sociale. Voici une quinzaine d’années que le collège s’est ouvert à la mixité et à l’externat, même si le lieu demeure principalement un internat pour garçons et filles, ces dernières étant logées dans l’ancien bâtiment dit Emmaüs.

Voici peu, l’établissement a inauguré son tout nouvel internat, magistralement inséré dans les bâtiments néo-gothiques en pierre. De nos jours, le collège compte quelques 300 élèves, de la 1ère secondaire à la rhéto, quelques moines y travaillent encore, dont le Père François Lear, par ailleurs aumônier de l’école.

Rue de Maredsous 12 – 5537 DENÉE (Anhée)

082/698205 - college@maredsous.com - http://college.maredsous.be/

 

 

En coproduction avec le CGT

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK