Les bons plans "nature et ruralité" de Philippe Soreil à Wéris

Du débardage  en forêt avec un cheval de trait !
2 images
Du débardage en forêt avec un cheval de trait ! - © Tous droits réservés

Philippe Soreil, notre expert "nature et ruralité" connaît déjà bien le village de Wéris; c’est là qu’il partait en vacances chez son grand-père. Comme il s'agit d'une région agricole très boisée, Philippe va présenter à nos deux touristes un débardeur qui mène depuis longtemps son cheval de trait dans les forêts de la région.

Débardage en forêt avec un cheval de trait

Philippe Soreil va proposer à nos pétillantes touristes espagnoles une activité "dépaysante" : du débardage en forêt avec un cheval de trait ! Emile Cornelis, débardeur , travaille pour une exploitation forestière qui est installée ici dans la région depuis 1947. Il va harnacher des chevaux que nos touristes devront conduire pour transporter des grumes.

Emile Cornelis : "Pour rien au monde je ne changerais quoi que ce soit de ma vie. Le débardage est aujourd'hui connu comme la première opération après la coupe forestière, elle consiste à transporter des arbres abattus sur le lieu de coupe vers le lieu de dépôt ou de décharge provisoire, connu sous le nom technique de "chargeoir", près d'une route ou d'une voie adaptée au transport. Nous travaillons avec le cheval ardennais car il permet de diminuer le tassement du sol, n'impose pas de créer de nouveaux layons ou nouvelles pistes ou accès. Se contentant de passages de moins de un mètre de large, le cheval respecte les sols fragiles et travaille sans bruit de moteur ni pollution. Le cheval est moins rapide en moyenne, mais plus efficace pour le débusquage sur les sols difficiles et moins. Mais les tracteurs deviennent de plus en plus étroits et donc remplacent les chevaux. J’utilise des chevaux de trait ardennais. Ils sont connus et mentionnés depuis l'Antiquité romaine où ils servent à la remonte des armées. L'ardennais devient jusqu'au début du XIXe siècle l'une des meilleures races de chevaux de selle et de trait léger pour la traction du matériel d'artillerie militaire. Il y a plusieurs races qui en découlent. De nombreux croisements et une sélection rigoureuse des éleveurs orientée vers les travaux agricoles dès le milieu du XIXe siècle en font peu à peu le cheval de trait lourd et puissant connu de nos jours. Les chevaux ardennais possèdent le plus souvent un caractère très doux, et peuvent être menés sans problème par un enfant. Coopératifs et rustiques mais néanmoins énergiques, ils sont dociles. "

 

 

Les souvenirs de Philippe Soreil à Wéris

Philippe Soreil est particulièrement ému de se retrouver dans ce village, car ses grand-parents habitaient à Wéris. Chaque rue, chaque champ est un souvenir de gosse pour lui. Et c'est peut-être ici qu'il a contracté le virus, celui de l’agriculture.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK