Quelques signes distinctifs pour reconnaître une sittelle torchepot

Oiseau forestier, la sittelle torchepot (Sitta europaea) est présente dans toute la Wallonie. Elle affectionne particulièrement les essences à écorce crevassée et la présence d'un sous-bois, surtout de noisetiers. Elle peut aussi s'installer dans les grands parcs et jardins boisés ainsi que dans les alignements de vieux arbres. Elle niche dans les trous d’arbres ou parfois dans une cavité dans lesquels elle amasse des morceaux d’écorces ou des feuilles sèches. La sittelle a la particularité de rétrécir le diamètre du trou avec de la boue lorsqu'il est trop grand, ce qui lui a d'ailleurs valu son nom de " torchepot ".  

Elle affectionne particulièrement les essences à écorce crevassée et la présence d'un sous-bois, surtout de noisetiers. Elle peut aussi s'installer dans les grands parcs et jardins boisés ainsi que dans les alignements de vieux arbres. Elle niche dans les trous d’arbres ou parfois dans une cavité dans lesquels elle amasse des morceaux d’écorces ou des feuilles sèches. La sittelle a la particularité de rétrécir le diamètre du trou avec de la boue lorsqu'il est trop grand, ce qui lui a d'ailleurs valu son nom de " torchepot ".  

4 images
© Tous droits réservés

Elle possède une morphologie typique avec sa grosse tête, son cou très court, son long bec pointu et sa queue courte et robuste. Elle est gris bleuté dessus et orangée dessous. Elle a la joue blanche et un trait noir sur l'œil. Elle se déplace sur les branches et les troncs, aussi à l'aise en montant qu'en descendant la tête en bas. La sittelle torchepot est le seul oiseau indigène capable de " grimper " vers le haut comme vers le bas (la tête à l’envers donc). 

4 images
© Tous droits réservés

Son régime alimentaire est essentiellement composé d'invertébrés et de fruits secs, comme les faines et les noisettes. Elles se fabriquent des réserves de nourriture en cachant chaque élément séparément. Des études ont montré que les sittelles torchepots sont capables de mémoriser leurs cachettes pendant une période allant jusqu’à 30 jours. 
 

4 images
© Tous droits réservés

Oiseaux sédentaires, les sittelles n’hésitent pas à se déplacer à l’automne si la récolte de faînes s’avère décevante. On les croise dès lors souvent dans nos jardins où elles fréquentent volontiers les mangeoires en hiver. 

 

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK