Napoléon et les chiens...

Citation Napoléon
7 images
Citation Napoléon - © Tous droits réservés

Dans le cadre des festivités "napoléoniennes"

Vous connaissiez cette citation du premier empereur des Français ?

Napoléon n’a jamais possédé de chien. Par contre, certains de ses proches, oui ! Le plus connu s’appelait Fortuné, c’était le chien de Joséphine, née Marie Josèphe Rose Tascher de La Pagerie (1763-1814). Fortuné accompagna Joséphine lors de son emprisonnement à la prison des Carmes, en avril 1794, suite à l’internement dans la même geôle de son mari, Alexandre de Beauharnais qui sera guillotiné en juillet.

 

Le 8 mars 1796, Joséphine épouse Napoléon ; Fortuné, habitué à dormir avec sa maîtresse, ne trouvera rien de mieux que de mordre au mollet le tout frais général en chef de l’armée d’Italie : " Vous voyez bien ce monsieur-là ; c'est mon rival. Il était en possession du lit de Madame quand je l'épousai. Je voulus l'en faire sortir : prétention inutile ; on me déclara qu'il fallait me résoudre à coucher ailleurs ou consentir au partage. Cela me contrariait assez, mais c'était à prendre ou à laisser. Je me résignai. Le favori fut moins accommodant que moi. J'en porte la preuve à cette jambe. ". C’est Antoine-Vincent Arnault qui consigna cette conversation avec Bonaparte, dans ses " Souvenirs d’un sexagénaire ", ouvrage édité en 1833.

Qui était Fortuné ? Selon certains, un carlin ; selon d’autres, un croisement entre un carlin et un ratier ; pour d’autres encore, un King Charles Spaniel. Il était de couleur jaune-roux avec un visage noir. C’est encore Arnault qui le décrit de cette façon : " Fortuné n'était ni beau, ni bon, ni aimable. Bas sur pattes, long de corps, moins fauve que roux, ce carlin au nez de belette ne rappelait sa race que par son masque noir et sa queue en tire-bouchon". Une chose est certaine, l’animal était une véritable teigne, sauf avec Joséphine et ses enfants, Eugène et Hortense ainsi qu’avec l’amant de Joséphine, le capitaine Hippolyte Charles ! Ainsi, lors de la première campagne d’Italie, Napoléon écrivait à sa femme et signait : " Millions de baisers, et même à Fortuné, en dépit de sa méchanceté ."… Fortuné étant l’un des amours de Joséphine, Napoléon savait ce qu’il fallait écrire pour plaire ! C’est son mauvais caractère qui lui sera fatal. En 1797, Joséphine rejoint Napoléon en Italie, au palazzo Tornielli, à une quarantaine de kilomètres de Milan ; le cuisinier possède un dogue que Fortuné n’aime pas : tant pis, le dogue croquera Fortuné.

 

Joséphine sera accablée de cette tragique disparition ; pour la consoler, le capitaine Charles lui offrira un nouveau carlin qui recevra le nom de Fox tandis que Fortuné sera empaillé… L’animal a disparu entre 1834 et 1836 lors de la destruction du château de Navarre où il était conservé. Quant à Fox, il sera bien plus gentil que Fortuné, n’empêchant pas Napoléon d’en dire "Je ne m’y fierais pas…c’est un Anglais ".

 

 

 

Napoléon divorcera de Joséphine en 1809 pour épouser Marie-Louise d’Autriche qui amènera son épagneul à poils longs dans ses bagages, Fritzkin, surnommé Zozo.

 

Celui-là sera grand ami avec l’empereur !

Bien des chiens croiseront la destinée de Napoléon, dans ses palais, sur ses champs de batailles –dont un certain Moustache-, dans ses exils… un chien des Abruzzes de l’île d’Elbe a d’ailleurs été empaillé et est conservé au musée de l’Armée, à Paris. Il est une chose certaine : celui qui fit trembler l’Europe n’était pas sans sentiments pour les chiens.

Et aussi

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK