La réserve naturelle de Kalamaili, terre des chevaux de Przewalski

l'immense réserve naturelle de Kalamaili
4 images
l'immense réserve naturelle de Kalamaili - © Tous droits réservés

Une des plus grandes réserves naturelles de Chine

C’est en 1982 que le gouvernement chinois décide de créer une des plus grandes réserves naturelles du pays, la réserve des animaux sauvages des Monts Kalamaili,"montagne noire" en kazakh. Situé dans la province de Xinjiang, au nord-ouest du pays, cet immense parc de 14 000 km2 accueille des milliers d’animaux sauvages qui vivent en harmonie avec la nature dans les steppes arides du désert.

L’écosystème exceptionnel de Kalamaili protège principalement les ongulés, tels que l'âne sauvage mongol, la gazelle d'Asie, le mouton argali, le chameau de Bactriane. On retrouve même certains Mustangs, qui ont réappris à vivre en liberté.


Bien que les oiseaux soient bien présents, la réserve a été instaurée afin de protéger certaines espèces d'ongulés. Bien d'autres animaux vivent librement dans cet immense parc, comme par exemple le loup gris, le renard, l'aigle royal, le lièvre arctique et bien d'autres.

 Ce vaste territoire est le siège d’un important projet international de réintroduction du cheval de Przewalski  ( Equus ferus przewalskii ). Depuis 2001, le Département des forêts du Xinjiang aidé notamment par l’université forestière de Pékin et l’université de Princeton surveille cette population depuis de nombreuses années et mène une série de recherches approfondies sur les dynamiques, les comportements, la physiologie et la génétique de ce cheval.

Malgré l’aridité de la région, les Monts Kalamaili sont habités par les nomades Kazakhs du Xinjiang qui y installent leurs pâturages d’hiver. Chaque année, avant la chute des premières neiges, ces nomades quittent les alpages de la chaîne de l'Altaï et font le voyage jusqu'aux monts Kalamaili. Ils emmènent avec eux moutons, chevaux et chameaux. Ils y installent alors tentes et murets de protection en briques fécales qui s'ajoutent dans le paysage naturel de la réserve.

Quand le printemps arrive et que la neige est partie, ils quittent Kalamaili et retournent à leurs pâturages d'été. Bien que le gouvernement chinois mène le projet de peuplement pastoral nomade au Xinjiang en construisant des maisons, des enclos fixes et d'autres installations publiques, il y a encore une grande proportion de bergers kazakhs qui gardent cette tradition nomade.

 

Un reportage réalisé en collaboration avec l'Ambassade de la République populaire de Chine en Belgique. 

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK