La fée des rivières de retour chez nous ?

Pourchassée pour sa fourrure depuis des siècles, et ayant vu son habitat disparaître petit à petit dans la seconde partie du 20e siècle, celle qu’on appelle “la fée des rivières” va-t-elle effectuer son retour dans nos rivières?

Malgré une protection intégrale en région wallonne dès 1983, les indices de sa présence se sont raréfiés à l’extrême. Aujourd’hui, peu de spécialistes ont eu la chance de croiser la loutre le long de nos cours d’eau. Néanmoins, ce petit mammifère carnivore aux doigts griffus et palmés fait progressivement et en toute discrétion son retour dans nos contrées.  Aucun processus de recolonisation n’a été observé au cours des dernières années. 

En Wallonie et au Grand-Duché de Luxembourg, un projet LIFE-Nature transfrontalier spécifiquement destiné à la restauration des habitats de la loutre s’est déroulé d’octobre 2005 à mars 2011 dans les bassins de l’Ourthe, de la Sûre, de la Rulles et de l’Our. Il a notamment permis de restaurer 145 ha de fond de vallée enrésiné, de créer 117 ha de réserve naturelle, de créer 160 mares, de planter 18 km de ripisylve (végétation bordant les milieux aquatiques), de lever 15 obstacles à la remonté du poisson, de restaurer 5 frayères, d’installer 9 loutroducs, de gérer les populations de plantes invasives sur plus de 200 km de cours d’eau, etc. 

3 images
une loutre est passée par ici © biodiversité wallonie

La loutre habite tous les types de milieux aquatiques, pourvu qu'elle y trouve de la nourriture et des abris de qualité en suffisance. Elle vit aussi bien le long des rivières de montagne aux eaux limpides que dans les canaux eutrophes des systèmes de polders.

Ses principaux refuges sont des abris sous roche, des massifs de broussailles, d'épineux ou de ronces croissant sur les berges, ou des terriers. Elle se nourrit essentiellement de poissons de petite taille (> 10 cm). Au cours des quinze dernières années, des indices de présence ont été relevés sur la plupart des bassins hydrographiques de l’Ardenne où l'espèce était signalée au début des années '80. Des traces de sa présence ont été observées sur la Haute Meuse belge ainsi que dans le bassin de la Houille et dans celui de la Semois. Pour la petite histoire, la loutre a été décrite pour la première fois en 1838 par le zoologiste Charles-Lucien Bonaparte, le neveu de Napoléon Bonaparte ! 

Plus d'infos

La vie des loutres est à découvrir ce dimanche 19 janvier dans Le Jardin Extraordinaire  à 20h20 sur La Une.

3 images
© Tous droits réservés
Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK