Avez-vous vu le loup ? il est de retour dans nos contrées !

3 images
les forêts territoire de prédilections des loups © Tous droits réservés

En Belgique, le dernier loup connu et qui vivait dans les forêts ardennaises a été tué dans la région d'Erezée en 1897. Resté présent en Espagne, en Italie, en Pologne et dans les Carpates roumaines, " Canis Lupus " entame depuis quelques années, un lent processus de recolonisation de ses anciens territoires.

Sa capacité de dispersion sur de grandes distances, l’abondance de proies, son statut d’espèce protégée et les efforts de conservation déployés par les pays voisins favorisent son retour. Située au carrefour entre deux voies de dispersion provenant des populations française (de souche italo-alpine) et allemande (de souche polonaise), la Wallonie est sur la route de cette reconquête.

Et aujourd’hui, tout porte à croire que le loup va se réinstaller durablement dans nos régions. A ce jour, cinq loups ont été officiellement répertoriés : deux ont été observés dans les Fagnes, un du côté de Neufchâteau, un autre à proximité de la Baraque Fraiture et enfin récemment un cinquième spécimen a été aperçu près de Havelange.

3 images
Pas de doute, un loup est passé par ici © Tous droits réservés

S’agissant d’une espèce Natura 2000, le loup doit faire l’objet de toutes les attentions pour son suivi en vue de sa conservation. 

Pour accompagner et documenter ce retour, le Service Public de Wallonie a créé le Réseau Loup. Cette structure composée de membres de la DNF et de nombreux acteurs de terrain comme le Royal St-Hubert Club (représentant des chasseurs), la " Plateforme grands prédateurs " (consortium de différentes associations naturalistes) et la SoCoPro " Ovins-Caprins ".

Les scientifiques de l’Université de Liège complètent ce réseau. Les informations proviennent du personnel du DNF omniprésent sur le terrain et les membres du réseau loup. Mais il existe un système d’alerte accessible au citoyen, soit par téléphone soit par internet à l’adresse reseauloup.be. En cas d’observation visuelle, l’idéal est de disposer de photos. Toute autre trace suspecte, comme des pistes, des poils ou des laissées, peut également être signalée, idéalement accompagnée d’une photo. Tout indice est donc extrêmement rare et éphémère et la vitesse de communication de l’information est un point essentiel pour un bon diagnostic.

 

Retrouvez le magnifique reportage du jardin extraordinaire consacré au loup sur Auvio jusqu'au 30 novembre.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK