Test : Bodyguard, l'app qui filtre vos messages haineux

Test : Bodyguard, l’app qui filtre vos messages haineux
Test : Bodyguard, l’app qui filtre vos messages haineux - © Tous droits réservés

Une application pour lutter contre le cyberharcèlement de masse, ça existe. Elle s’appelle Bodyguard et comme son nom l’indique, elle joue le rôle de garde du corps sur les réseaux sociaux. L’Internet Show l’a testé pour vous.

Bodyguard, c’est une application mise au point en 2017 par un jeune français, Charles Cohen. Alors qu’il n’a que 21 ans, ce petit génie de l’informatique lance son application avec comme objectif : détecter tout type de contenus haineux à l’aide d’une Intelligence artificielle. Insultes, moqueries, trolls, harcèlement moral ou sexuel, racisme, homophobie, la protection contre ces messages haineux se promet instantanée et sur-mesure.

En 4 ans, l’application est devenue très populaire avec près de 60.000 utilisateurs, dont notamment des people, comme Bilal Hassani. Le chanteur, très présent sur les réseaux sociaux et victime d’un cyberharcèlement raciste et homophobe particulièrement virulent n’en dit que du bien : "Je les remercie vraiment énormément parce qu’ils font un travail de filtrage et de modération qui est vraiment super bon ".

Une des qualités de l’application est sa capacité à comprendre les codes linguistiques propres aux réseaux sociaux : SMS, Emoji et même les fautes d’orthographe, fautes de frappe… Bientôt, les insultes en anglais seront également détectées. Gratuite, Bodyguard peut être un outil précieux pour protéger petits et grands du cyberharcèlement.

Avec une dose d’IA et une dose d’humain, Bodyguard c’est l’application à installer ou à conseiller à ceux qui en ont marre de subir le flot de haine qui se déverse trop souvent sur les réseaux sociaux.

Retrouvez la séquence vidéo ci-dessous et le replay de l’émission ici ! L’Internet Show, c’est tous les jeudis à 20h sur Tipik et sur Auvio.

 

Newsletter Tipik

Restez informés chaque semaine des évènements et concours Tipik à venir.

OK