VOD Spéciale Cannes : quand le cinéma belge s'invite sur la Croisette

VOD Spéciale Cannes : quand le cinéma belge s'invite sur la Croisette
4 images
VOD Spéciale Cannes : quand le cinéma belge s'invite sur la Croisette - © Tous droits réservés

En ces temps troublés de crise sanitaire, nombre de festivals ont été annulés. L’un des plus prestigieux et des plus importants d’entre eux, le Festival de Cannes, qui devait se dérouler du 12 au 23 mai, n’y a pas échappé.

C’est la 3e fois dans son histoire qu’il n’aura pas lieu, la 1ère fois c’était en 1939 en raison de la Deuxième Guerre Mondiale, et la deuxième fois en 1968 suite aux manifestations estudiantines de Mai 68.

L’Agenda Ciné vous propose une plongée belge dans l’univers cannois de ses dernières années en vous proposant des films à voir ou à revoir en VOD.

Valeur sûre

On démarre avec Luc et Jean-Pierre Dardenne qui reconnaissent bien volontiers devoir beaucoup au Festival de Cannes. Les deux frères font désormais partie du " club " très fermé des réalisateurs qui ont reçu deux Palme d’or (" Rosetta " en 1999, film pour lequel Emilie Dequenne reçoit le Prix d’interprétation Féminine et " L’enfant " en 2005) au même titre que 6 autres grands réalisateurs (Francis Ford Coppola, Ken Loach, Michael Haneke, Bill August, Émir Kusturica et Shōhei Imamura). Depuis ces récompenses suprêmes, tous leurs films ont été à Cannes et y ont été quasi tous récompensés citons ces dernières années " Le Gamin au vélo " qui recevra en 2011 le Grand Prix, " Le Jeune Ahmed " qui se verra remettre, l’an dernier, le Prix de la mise en scène, " La fille inconnue ", qui fut en sélection officielle en 2016 tout comme " Deux jours, une nuit " en 2014.

Tous ces films sont disponibles aujourd’hui en VOD sauf " Rosetta " et " L’enfant " qui le seront très prochainement.

La diversité et le(s) talent(s) du cinéma belge

La Quinzaine des Réalisateurs, créée au lendemain des évènements de Mai 68 par la Société des Réalisateurs de Films qui souhaitaient montrer une image plus moderne du cinéma avec comme exigence de choisir des films sans contrainte idéologique ou technique et représentatifs des cinémas du monde ", aura été, et est toujours, l’occasion de découvrir de futurs grands réalisateurs. C’est une section dans laquelle, outre les Frères Dardenne, plusieurs de nos réalisateurs se sont fait remarquer ces dernières années : Olivier Masset-Depasse avec " Illégal ", Guillaume Senez avec " Nos Batailles ", l’acteur-réalisateur Bouli Lanners avec " Les Géants ", Jaco Van Dormael avec " Le Tout Nouveau Testament ", ou encore Joachim Lafosse avec " L’Économie du couple " (et dont " À perdre la raison ", un film inspiré de l’affaire Geneviève Lhermitte, présenté dans la section  " Un Certain Regard " - qui, elle, met en perspective un cinéma plus original et audacieux - vaudra à Emilie Dequenne le Prix d’interprétation féminine).

Nous y avons aussi été présent avec le film poétique et burlesque de et avec Fiona Gordon et Dominique Abel " La fée ", avec le thriller horrifique " Alleluia " de Fabrice du Welz, deuxième film de sa trilogie ardennaise (après " Calvaire " et avant " Adoration "), et également le film d’animation, " Ernest et Célestine " de Benjamin Renner, Stéphane Aubier et Vincent Patar.

On n’oubliera pas que deux belges sont revenus récemment de Cannes avec " La Caméra d’Or " (prix qui récompense le meilleur 1er long métrage de toutes les sections du festival) : César Diaz pour " Nuestras Madres " et Lukas Dhont pour " Girl " qui verra son interprète principal, Victor Polster, récompensé du Prix d’interprétation.

Tous ces films sont disponibles en VOD, que de bonnes séances en perspective !

Newsletter Tv - L'agenda Ciné

Recevez chaque semaine un condensé des sorties cinéma de la semaine, les actus de vos acteurs préférés, des concours.

OK