Interview de Thomas Verkaeren : les plateformes VOD au temps du Coronavirus

Interview de Thomas Verkaeren : les plateformes VOD au temps du Coronavirus
2 images
Interview de Thomas Verkaeren : les plateformes VOD au temps du Coronavirus - © Tous droits réservés

Le 13 mars dernier tous les lieux récréatifs, cinémas compris, ont dû fermer leurs portes en raison de la pandémie provoquée par le COVID-19.

Face à cette adversité, les distributeurs et producteurs belges indépendants ainsi que les plateformes VOD (vidéo à la demande) ont réagi et ont eu l’idée de s’associer pour permettre au public de continuer à voir un maximum de films à l’affiche ou bientôt à l’affiche.

Une proposition envisagée tant que les cinémas seront porte close.

L’Agenda Ciné a interviewé Thomas Verkaeren, General Manager de O’Brother, distributeur de films, à l’origine de cette initiative.

L’Agenda Ciné : Comment cette initiative a été prise ?

Thomas Verkaeren : Vendredi 13 mars nous avons appris que les salles de cinéma fermaient et que les films à l’affiche n’auraient donc plus de visibilité. Nous avons très vite réfléchi aux conséquences financières de cette décision et à la manière dont les spectateurs pourraient continuer à voir les films jusque-là à l’affiche des cinémas.

Sur ce, des petites plateformes qui en Flandre étaient déjà liées à des salles de cinéma se sont proposées comme possible recours, le cas de Cinéma Z avec la plateforme Dalton, Lumière à Bruges et Cartoon’s à Anvers avec la plateforme lumiereseries.com.

Mais nous voulions mener la discussion avec tout le monde, y compris Proximus et VOO.

J’ai ainsi contacté tous les distributeurs dont les films étaient encore en salle et toutes les plateformes. Un accord a été trouvé sur la manière dont les choses allaient se dérouler.

 

Quels films seront concernés ?

La chose est à envisager film par film. Pour certains films, la solution trouvée était la bonne, pour d’autres, pas.

Il y a le cas, par exemple, du film " La Bonne Epouse " , qui cartonnait en salle la première semaine et pour lequel le distributeur a eu une garantie du maintien des séances et des salles dès la réouverture prochaine des cinémas. Dans ce cas précis, il est compréhensible que le distributeur privilégie la salle de cinéma. Mais cette possibilité, tous les cinémas ne pourront pas l’assurer pour tous les films qui étaient en salle avant la fermeture… films auxquels il conviendra d’ajouter tous ceux dont la sortie était prévue durant les semaines à venir.

On parle de 30 à 35 films dont la programmation ne pourra plus être celle convenue au départ. C’est pourquoi nous avons décidé, par exemple, chez O’Brother, que le film " Jumbo " serait disponible en VOD.

Comment va se décider qu’un film, dont la sortie en salle est désormais compromise,  passera par cette VOD ?

À chaque distributeur de le décider en son âme et conscience. O’Brother aurait bien sûr préféré que tous ses films continuent dans les salles. Cela étant impossible, la date de sortie des films a été le critère principal… même s’il n’y a pas vraiment de critères très spécifiques.

Un élément, malgré tout très important à prendre en compte, est la fragilité d’un film et le fait qu’un film plus fragile aura moins de chance de réapparaître dans les salles. Par film fragile, j’entends des films qui ont une vraie raison d’être en salle, mais qui par le sujet, la forme attireraient moins de gens dans les salles et qui passeraient à la trappe en premier… les cinémas - et c’est bien normal - ayant eux aussi des impératifs financiers.

 

Un mode d’emploi pour profiter de votre initiative ?

Toutes les personnes ayant un décodeur Proximus ou VOO ont accès à la VOD… une espèce de magasin de films. Et c’est dans la rubrique VOD Premium qu’ils pourront trouver les films jusque-là en salle, au prix unitaire de 7,99 euros.

En choisissant un film, le spectateur s’engage à payer ce prix de 7,99 euros sur sa prochaine facture. 

Pour les autres plateformes, universcine.be, dalton.be, lumierefilms.be, qui elles sont accessibles sur le web, vous payez en ligne. 

 

Qu’adviendra-t-il de cette proposition quand les cinémas seront à nouveau accessibles ?

Il est entendu (et c’est précisé dans toutes nos communications) que nous mettrons fin à ce projet dès que les cinémas réouvriront leurs portes.

Nous, distributeurs de films, avons une préférence très claire pour le grand écran, qui pour nous reste une expérience magnifique.

Je pense que ce n’est pas le Coronavirus qui tuera le cinéma !

Nous continuerons à proposer nos films en priorité dans les salles de cinéma.

Voilà une initiative cinématographique bienvenue en ces temps de confinement !

Newsletter Tv - L'agenda Ciné

Recevez chaque semaine un condensé des sorties cinéma de la semaine, les actus de vos acteurs préférés, des concours.

OK