Enorme… Baby blues

Enorme… Baby blues
2 images
Enorme… Baby blues - © Tous droits réservés

Claire est une pianiste de renommée internationale. Très sollicitée, son quotidien se résume aux concerts qu’elle donne dans le monde entier. Frédéric, son mari, gère ABSOLUMENT tout pour elle : il est son agent, son maquilleur, son habilleur, son coach, son attaché de presse… et son amant quand il s’agit de la déstresser !

Et comme il se plaît à le dire à qui veut l’entendre : " Derrière chaque grande femme se trouve un homme ".

Avec cette vie toujours entre deux avions et entre deux hôtels, il n’y a aucune place pour un enfant. Une existence qui leur convient très bien, jusqu’au jour où, au cours d’un vol qui les ramène d’une xième représentation, Frédéric se propose d’aider l’hôtesse de l’air aux prises avec une passagère qui est en train d’accoucher. À cet instant, et comme une épiphanie, Frédéric n’aura plus qu’un désir : avoir un enfant.

Obsédé par cette idée de devenir père, et alors que Claire ne veut toujours pas entendre parler d’agrandir la famille, Frédéric ne va pas hésiter à trafiquer sa plaquette de pilules

Bingo ! Claire tombe enceinte.

Mais voilà, celle qui ne sait pas qu’elle va être mère - Frédéric faisant tout pour laisser Claire dans l’ignorance de son état – a accepté une invitation que jusqu’ici aucune femme n’avait reçue : se produire à La Nuit Prodigieuse. Une soirée d’un grand prestige qui doit se tenir pile le jour où il est prévu qu’elle accouche…

Culotté

Il fallait oser le burlesque, l’outrance, et le frontal, pour parler de maternité… Sophie Letourneur dont c’est le quatrième long-métrage (" Le marin masqué ", " Gaby Baby doll, ", " Les Coquillettes ") l’a fait !

" Enorme " a le grand mérite d’être tout sauf tiède, de mettre les pieds dans le plat et d’aborder le féminin et un certain féminisme par un biais tout à fait inédit.

Il n’est en effet pas banal de présenter un couple comme celui que forme Claire et Frédéric, comme il est peu fréquent de voir une femme et un homme définis de la sorte.

Elle est une femme étrangement passive, qui ne contrôle pas grand-chose et qui ne fait rien de ses dix doigts… si ce n’est jouer au piano !

Lui est multi tâches, assume très bien d’être le mari de sa femme, et se voit très bien père au foyer… quand il se prend à rêver d’être lui-même réellement enceinte (et c’est tout comme !).

Cette inversion des rôles jusqu’à l’absurde donne lieu à des situations et à des échanges entre les personnages tout à fait réjouissants, la réalisatrice prenant un malin plaisir à pousser le curseur assez loin.

Et si Marina Foïs et Jonathan Cohen, ajoutent à linquiétant comme au délire de leur personnage, ils servent aussi un propos, loin d’être futile, sur le corps de la femme, sa " chosification " et sur lobsession de lenfant.

Radical et emballant, un film qui ose… alors osez le découvrir ce mercredi en salle !

Attention, ce film est interdit au moins de 18 ans. 

Newsletter Tv - L'agenda Ciné

Recevez chaque semaine un condensé des sorties cinéma de la semaine, les actus de vos acteurs préférés, des concours.

OK