Mon jardin en photos

Nous hésitons parfois à acheter un livre ou un magazine de jardinage, de crainte qu’il échoue sur la pile de titres que nous n’avons pas encore lus, faute de temps. Voici le moment de nous offrir de longs moments de rêverie en feuilletant les pages qui nous attendaient patiemment. Les photos des parterres et des plantes sont de toute beauté. Les photographes jouent avec les lumières et les couleurs pour créer de superbes ambiances. De tels clichés sont à notre portée. Pourquoi ne pas réaliser un reportage dans le jardin à publier sur les réseaux sociaux ? En ce moment, partageons la fraîcheur de nos floraisons !

 

L’appareil

Quelle révolution ! Désormais, nos smartphones nous permettent de prendre des clichés de grande qualité. Au point que beaucoup de personnes n’emploient plus d’appareil photo traditionnel. Mais pour des clichés à vous couper le souffle, un boîtier numérique, reflex ou bridge, offre bien plus de possibilités. L’appareil permet un cadrage précis, une parfaite mise au point et des effets de profondeur de champ. Macro, grand-angle, le jardin se décline du plus petit au plus large.

5 images
Potées de succulentes avec arrière-plan flou. © D.R.

La lumière

La grande règle : on ne photographie surtout pas n’importe quand. Au soleil écrasant de midi qui gomme les reliefs et crée des ombres sombres, il faut préférer la lumière du matin ou du soir. Les journées nuageuses mais lumineuses conviennent aussi très bien.

5 images
© D.R.

L’art du cadrage

Nos smartphones font en sorte que nous photographions presque exclusivement en mode portrait. Basculons l’appareil pour des plans en paysage.

Tout objectif d’appareil photo permet d’obtenir de beaux arrière-plans flous. Il faut quitter le mode automatique, choisir le mode " priorité à l’ouverture " et ouvrir le diaphragme. En optant pour une valeur de 5,6 ou de 4 sur la bague de réglage, nous réalisons des gros plans de fleurs dignes des magazines.

5 images
© D.R.

Des angles différents

Au jardin, on a trop tendance à photographier à hauteur du regard. Il ne faut pas hésiter à varier les points de vue. Au sommet d’un escabeau, le jardin nous apparaît tout différent, comme on ne le voit jamais. N’ayons pas peur de nous baisser : beaucoup de floraisons sont plus jolies lorsqu’on les découvre avec tiges et feuillages. Et pour de superbes photos de fleurs, il faut se coucher pour découvrir les plantes comme peu de personnes les regardent.

5 images
Potées printanières avec tulipes © D.R.

Les petits trucs

Les photographes de jardin (et les caméramans de Jardins & Loisirs) ont quelques secrets. Un pulvérisateur à main avec de l’eau claire permet de mouiller le feuillage des plantes. Cette eau ravive les couleurs et dynamise la lumière. Elle peut aussi simuler la rosée du matin.

Les feuilles de certaines plantes sont si larges qu’elles ombragent les floraisons situées en dessous. Le soleil rasant peut aussi illuminer une face de la plante et plonger l’autre moitié dans l’ombre. Il suffit alors d’éclairer les zones à l’ombre à l’aide d’un panneau réflecteur. Sa surface blanche ou argentée réfléchit le soleil. Les photographes utilisent un système souple qui se replie dans une housse pour le transport. Un panneau de polystyrène expansé avec une face blanche et l’autre recouverte de papier aluminium produit les mêmes effets.

Le jardin n’est pas un monde du silence

Notre lopin ne se résume pas à des images, aussi belles soient-elles. Si nous envoyons par internet des photos de notre jardin à nos amis, pourquoi ne pas joindre un fichier avec une ambiance sonore ? Comme pour les photos, il faut se lever tôt. C’est dans la lumière du petit matin que les oiseaux du jardin nous offrent leurs plus beaux chants.

Newsletter Tv - Jardin & Loisirs

Recevez chaque mois un condensé de l'actualité des travaux au jardin. Au menu: conseils pratiques, agenda des sorties, bricolages sympas.

OK